C’est vendredi dernier que le site  Destructoid a mis en ligne le premier trailer de call of Duty Advanced Warfare, le prochain épisode de la mythique, mais un peu trop prolixe, série de FPS militaire d’Activision.

Comme un cheveu tout gras qui tomberait dans un bol de soupe fumante, le trailer de Call of Duty Advanced Warfare est sortie de nulle part vendredi dernier. Alors que l’on attendait la première diffusion pour ce dimanche,  c’est les petits malins du site Destructoid qui ont eu la primeur de l’exclusivité, obligeant ainsi Activision à officialiser le jeu dans la foulée.

Bien évidemment, le jeu est prévu sur Xbox One, PS4 et PC, mais aussi sur les consoles dites d’ancienne génération. De quoi commencer à se poser quelques petites questions sur la qualité du titre, mais sans pour autant en tirer de conclusions trop hâtives. Mais pour en revenir à ce fameux trailer de Call of Duty Advanced Warfare, on note surtout la présence du magistral Kevin Spacey (House of cards, Usual Supects) au casting du jeu. Une personnalité de poids, et surtout de talent, pour une licence en légère perte de vitesse qui a pour le coup tout à prouver sur cette nouvelle génération de consoles où la concurrence s’annonce particulièrement virulente.

Mais de façon très personnelle, ce trailer me laisse de marbre et m’excite à peine plus qu’une pub pour un yaourt lambda. Je dirais même plus, la série Call of Duty est décidément morte à mes yeux. J’ai laissé passer Black OPS 2 sans même y poser les yeux et j’ai posé les mains sur l’épisode Ghosts que quelques minutes pour en venir à la conclusion que  COD, c’est vraiment plus ma came. Et ce nouvel épisode est bien partie pour prendre le même chemin. Du moins, en me basant sur ce long trailer. Pour résumer, ça s’annonce explosif (Ouais, pas plus que les autres en fait), c’est plutôt jolie (Ouais, c’est pas foufou non plus) et ça profile même quelques petites nouveautés (Camouflage optique, exosquelettes, drones et même des motos volantes). En clair, rien de vraiment bandant, rien de croustillant et surtout rien qui me donne envie de commencer à compter les jours. Alors à moins que la démo de l’E3 me retourne la tête, comme avait pu le faire la démo de Call of Duty 4 il y a quelques années maintenant, tout porte à croire que je vais une nouvelle fois boudé le Call of Duty nouveau. Sauf si on m’offre un paquet de chips.

Répondre

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom