Test de Trackmania Turbo

La drogue c’est de la merde. C’est ce que disent les gens à propos de ces substances illicites qui peuvent foutre en l’air santé et toutes formes de relations sociales. Un peu comme Trackmania Turbo en fait.

Définition de la drogue par Larousse

Substance psychotrope naturelle ou synthétique, qui conduit au désir de continuer à la consommer pour retrouver la sensation de bien-être qu’elle procure.

Si on enlève le côté chimique et illicite de la chose, Trackmania Turbo répond parfaitement à la définition de la drogue. Alors, si vous avez envie de profiter des beaux jours qui se profilent et ne pas rester cloîtré à la maison à tenter de prendre la trajectoire parfaite pour enfin mettre la main sur cette saleté de médaille d’or qui vous nargue depuis des jours, un conseil, n’y fourrer surtout pas le nez. Trackmania Turbo est un aspirateur, un trou noir où la notion d’espace-temps s’évapore dès la première minute de jeu. Entre la sueur et les larmes, Trackmania Turbo est ce genre de jeu où on se donne à fond et où une petite partie de cinq minutes se transforme en deux longues heures à enquiller les circuits. Mais bon, tout n’est pas rose non plus. Si je suis fan et adepte de la physique du jeu qui apporte un peps et une énergie assez folle au gameplay, les petits gars de Nadeo se sont royalement ratés avec les buggys et les courses sur sable. Là, le jeu passe d’exigeant et technique à aléatoire et corrosif. De quoi vous faire exploser des manettes contre le mur à cause d’une conduite savonneuse, mal fichue et pas du tout agréable. Je ne vous raconte pas les crises de nerfs quand on réalise la course presque parfaite, avec la médaille d’or au bout du doigt et que tout est ruiné parce que la voiture se met, presque comme par magie, à chasser pour finir en tête à queue à quelques mètres de la ligne d’arrivée. Vécu.

[tie_full_img]Test de Trackmania Turbo[/tie_full_img]

Heureusement, ce genre de courses ne représente qu’un petit quart du jeu et il y a de quoi se faire plaisir sur tout le reste avec des caisses qui accrochent bien à la route pour enchaîner des loopings dans tous les sens ou d’autres nettement plus nerveuses et propices aux survirages super classieux quand on les maîtrise. Mais Trackmania Turbo n’est pas qu’un jeu avec un gameplay terriblement addictif, c’est aussi une ribambelle (j’adore ce mot) de modes de jeu. Et si c’est sur le solo qu’il y a de quoi passer le plus clair de son temps, histoire de faire les meilleurs temps possibles et choper toutes les médailles d’or (Le truc presque infaisable), le mode multi est lui aussi un aspirateur à temps libre. Tout ça juste histoire de faire la misère aux autres joueurs. Enfin, un petit mot sur le mode le plus original où deux joueurs peuvent conduire la même voiture. L’un tournant à gauche et l’autre à droite. C’est particulier, difficile à prendre en main au départ, mais ça fonctionne plutôt bien et il y a de quoi se marrer entre potes. Surtout si vous y ajoutez une petite dose d’alcool. Là, vous ne risquez pas de perdre votre permis.

Répondre

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom