Alors que l’édition 2019 de l’E3 embaume encore l’air des travées du Convention Center, j’ai décidé de revenir à ma façon sur cet évènement que certains aiment encore appeler la grand-messe du jeu vidéo.  

Parce que l’E3 ce n’est pas seulement d’incroyables bandes annonces qui en mettent pleine a gueule, des invités prestigieux qui soulèvent les foules, des annonces de nouvelles consoles avec des gigas teraflops sous le capot, des photos d’ailes d’avions pour faire baver les copains ou de la mal bouffe qu’on s’enfile entre la présentation de Cyberpunk et la prise en main du prochain Gears of War 

E3 top halo
Turbo classe n’est-il pas ?

Non, l’E3 c’est aussi de gigantesques ratés, de grands moments de gêne, de la truanderie, de l’arnaque, des heures de sommeil en moins, des conférences complètement pêtées, des démos qui partent en sucette ou encore Shigeru Miyamoto qui n’arrive jamais sur scène.  

E3 fail
gnieu gnieu je connais pas mon texte

Ainsi, afin de rendre hommage à ces petits moments de grâce qui peuvent rendre un E3 pourri en moment inoubliable, je vous ai concocté un top 5 des moments les plus gênants de l’histoire de l’E3. Allez, c’est parti : 

1. Le Traducteur

On commence doucement avec la conférence de Sony lors de l’E3 2009. Alors que tout le monde voulait s’en mettre plein la panse avec Gran Turismo 5 sur PS3, Kazunori Yamauchi arrive sur scène pour parler de la version PSP du jeu qui tourne sur la mal aimée mais pourtant resplendissante PSP Go.

Mais là n’est pas le problème. Yamauchi ne parlant pas anglais, ou du moins pas suffisamment à l’aise pour prendre la parole devant une salle gonflée à bloc, le papa de Gran Turismo a fait appel à un traducteur qui a passé tout le temps de la présentation le nez collé sur son calepin. De quoi donner l’impression de n’en avoir strictement rien à foutre de ce qui pouvait se passer autour de lui. Plus drôle que véritablement gênant, ce petit moment magique a donné naissance à une pelletée de parodies et détournements sur le net en plus d’avoir rendu célèbre celui qu’on appelle dorénavant : the one who doesn’t give a fuck.

2. La présentation de Wii Music 

Avant que ça finisse dans des bacs à occasion qui débordent de tristesse, les jeux musicaux comme Guitar Hero et Rock Band ont connu un certain succès. On peut même dire que ça cartonnait. Et c’est sans aucun doute ce qui a poussé Nintendo à nous pondre Wii Music sous la direction du très  grand Shigeru Miyamoto. Malheureusement, comme l’histoire nous l’a montré par la suite, le jeu a été un échec sur tous les plans.

Mais le plus gros échec, celui qui m’a filé les frissons de la honte pour l’éternité, c’est un court passage de la présentation du jeu à l’E3 2008. Celui où un certain DJ Ravi Drums s’est lancé dans un solo à la batterie particulièrement mémorable : Rien ne fonctionne, c’est une horreur à écouter et ridicule du début à la fin. Ce qui n’a pas empêché les plus enthousiastes de la salle de clore ce supplice par une salve d’applaudissements.

3. La conférence mytho de Sony

Hormis pour les fanboys, l’E3 n’a jamais retranscrit la réalité. Encore aujourd’hui, lorsqu’on voit un trailer ou une démo in-game, c’est loin d’être une garantie d’avoir le jeu dans le même état à sa sortie. Avec le temps, les joueurs et la presse ont pris l’habitude de se méfier. Et c’est exactement ce que j’aurais dû faire en 2005 lorsque j’ai découvert, les yeux pleins d’étoiles, les trailers de Killzone 2 et Motorstorm. Deux vidéos montées de toutes pièces pour nous vanter les capacités graphiques e techniques de la futur PS3.

On apprendra même plusieurs années plus tard via une productrice de Guerilla Games que Killzone 2 n’existait même pas à l’époque de ce fameux trailer. Ce qui n’a pas empêché la version finale du jeu de nous en mettre plein la gueule. Par contre, pour Motorstorm, on était très loin du compte. Je me demande même si on arriverait à faire la même chose que montrée à l’époque sur les consoles d’aujourd’hui. Tout ça pour dire que Sony nous avait vendus du rêve par palette, mais ça reste l’une des plus grandes escroqueries de l’histoire de l’E3. Et il y en a eu un paquet hein.

4. Le prix de la Xbox One

L’annonce d’une nouvelle console à l’E3 est toujours un moment particulier. Entre l’excitation de la découverte de son design, ses fonctionnalités, ses services ou ses premiers jeux exclusifs, on regarde toujours ça avec la plus grande des attentions. Vient ensuite le moment délicat où le constructeur dévoile la date de sortie de la machine et son prix. Souvent, c’est là que ça peut coincer, entre une date de sortie trop tardive et un prix exorbitant (comme les 600 dollars de la PS3), il y a de quoi faire quelques déçus.

Et c’est justement ce qui s’est passé à l’E3 2013 lorsque Phil Spencer a dévoilé le prix de la Xbox One : 499 euros. Un prix pourtant pas déconnant qui a refroidi la salle qui a à peine réagi. Le moment est très gênant pour Phil qui a dû attendre une poignée de secondes interminables avant que quelques fanzouzes se mettent à applaudir. Pauvre Phil, il ne méritait pas ça.

5. La démo de Zelda Skyward Sword

On termine ce Top 5 des moments les plus gênants de l’E3 avec la démo de Zelda : Skyward Sword à l’E3 2010. Un grand moment de solitude pour un très grand monsieur du jeu vidéo : Shigeru Miyamoto, oui, encore lui. Tout sourire, comme à son habitude, le papa de Mario va pourtant très vite regretter d’être venu sur scène.

Le jeu répond mal, le pointeur de la wiimote est aux fraises, les mouvements ne sont pas correctement reconnus, la caméra part e sucette et ce pauvre Shigeru se retrouve à gesticuler dans tous les sens avec un jeu presque en roue libre. Un moment  pénible qui a permis à Nintendo de se rendre compte que la Wii n’aimait pas les démonstrations dans de grandes salles pleines de téléphones portables qui brouillent les signaux. Malgré tout, Miyamoto est resté souriant tout du long. Et c’est pour ça qu’on l’aime.

 

Honnêtement, il y aurait de quoi faire un Top 50 tellement ce salon empile les fails et autres désillusions depuis sa création. Cette petite sélection ne vaut que pour moi alors si vous n’êtes pas d’accord ou trouvez que j’ai oublié quelque chose, vous pouvez toujours me le dire dans les commentaires. Je vous ferais même une petite mise à jour de l’article si besoin.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here