Moche, générique, insipide et pétris de bug comme un jeu Ubisoft à son lancement, Sniper : Ghost Warrior 3 possède toutes les caractéristiques du jeu qui finira bradé au fond d’un bac à occasion d’ici quelques semaines. Un CV quatre étoiles qui ne m’empêche pas d’aimer le jeu de CI Games d’amour et d’eau fraiche et d’avoir envie d’y jouer presque tous les soirs.

Je n’ai pas spécialement le temps, du moins l’envie, de m’installer sur un divan pour en parler, mais j’éprouve une certaine fascination pour les tireurs d’élite. Vous savez, ces soldats aux nerfs d’acier qu’on appelle plus communément des snipers et qui sont capables de faire un trou de la taille d’une pastèque dans la tête d’un troufion perdu dans la pampa à plusieurs centaines de mettre de là. S’il n’y avait pas la mort à l’autre bout de la lunette, on pourrait presque parler de poésie tant cette chasse entre le traqueur et sa proie est hypotonique. Pas étonnant que mon combat de boss préféré reste encore aujourd’hui celui entre Naked Snake et The End dans Metal Gear Solid 3. L’un de mes plus grands moments de jeu vidéo. De la même manière, et malgré tous ses défauts, c’est très certainement à cause de ça que je suis tombé sous le charme de Sniper : Ghost Warrior 3. Car pour être totalement honnête avec vous, on ne peut pas dire que ce soit un bon jeu. Il n’est pas mauvais non plus, mais tout juste moyen. Médiocre. Déjà, il tire toute son inspiration d’une flopée de FPS et jeux militaires de ces dix dernières années sans jamais donner l’impression de proposer quelque chose de nouveau. Le setup de base est clairement celui de Far Cry 2, sauf qu’au lieu de gambader dans la savane africaine, on se retrouve perdu en Géorgie. Un petit Etat du Caucase qui a connu de nombreuses guerres et qui sert de terreau idéal pour ce genre de jeu.

On s’y ballade à pied ou à bord de différents types de véhicules pour aller de missions en mission sur trois cartes à la topographie et à la flore variée. De quoi se donner un peu d’air et éviter de chopper la nausée à crapahuter des heures durant dans les mêmes environnements génériques. Car autant être direct, le jeu est sacrément moche en plus d’être techniquement à la ramasse. La direction artistique est tout ce qu’il y a de plus insipide et ne propose rien de très intéressant hormis une bouillie infâme de couleurs qui oscillent entre le vert et marron. On a pour habitude de dire que tous les gouts sont dans la nature, mais qualifier Sniper : Ghost Warrior 3 comme d’un jeu joli reviendrait à cracher à la gueule du bon gout. Il en va de même pour la partie technique, aux frontières du risible, avec ses chargements de plus de trois minutes en début de chaque nouvelle partie. Enfin, n’espérez strictement rien du scénario avec ses personnages caricaturaux auxquels on ne s’attache jamais et qu’on ne prend même plus la peine d’écouter passé la première demi-heure. On peut même se faire l’intégralité du jeu avec de la musique à fond dans les esgourdes sans jamais avoir l’impression de rater quelque chose.

test de sniper : ghost warrior 3

Voilà maintenant un bon gros paquet de lignes que je vomis sur Sniper : Ghost Warrior 3, mais comme je le laisse plus qu’entendre dans mon introduction, je l’apprécie beaucoup. Parce que même s’il est laid comme un pou et ne propose rien de très original, la proposition de base se suffit à elle-même et fonctionne parfaitement. À savoir être un tireur d’élite qui enchaine les missions pour grappiller un peu d’argent en plus de tenter de remettre de l’ordre en Géorgie et retrouver son frère. Aussi, le jeu n’est pas tourné que sur l’utilisation du sniper et on peut très bien faire les missions en fonçant dans le tas armé d’un AK-47 et de grenades ou alors en se faufilant à la sournoise pour neutraliser les ennemis par-derrière. D’ailleurs, on peut même développer trois arbres de compétence bien distincts selon sa façon d’opérer. Mais hormis certaines missions qui demandent d’effectuer des actions particulières comme infiltrer une base pour récupérer des documents ou pirater des antennes paraboliques, je prends énormément de plaisir à toutes les faire tel un véritable sniper. Surtout que les cartes regorgent de spot, peut-être même un peu trop, pour se fondre dans la nature et avoir un angle de tir parfait.

De là, en plus d’utiliser la lunette du fusil pour marquer les ennemis, il est possible d’utiliser un drone pour étudier les lieux et repérer plus facilement ses cibles. Ensuite, on va simplement dire que c’est le talent qui parle, car si le jeu n’a rien de très difficile, il ne suffit pas de viser la tête pour réaliser un headshot du premier coup. Il faut prendre en compte la distance, la force et la direction du vent et régler comme il se doit son matériel pour ne pas voir sa balle venir s’écraser à côté de sa cible et alerter les patrouilles. De plus, rigueur oblige, les armes et les minutions ne se régénèrent pas entre deux missions. Il faut donc penser à se ravitailler dans sa planque, confectionner de nouvelles balles à l‘aide d’un établi ou encore mettre la main sur un silencieux flambant neuf pour éviter de se faire bêtement repérer en mission. C’est la somme de tous ces petits détails qui font que Sniper : Ghost Warrior 3 peut rapidement devenir addictif et c’est même, à mon sens, le prototype idéal de jeu à faire en fil rouge. Quelques petites missions de temps à autre entre deux jeux histoire de se faire plaisir. Car en ligne droite, j’ai bien peur que la réalisation et le scénario complètement débile du jeu ne dégoutent plus qu’autre chose. Ce qui serait vraiment dommage.

test de sniper : ghost warrior 3

J’y ai joué sur PS4 à partir d’une version fournie par l’éditeur

REVIEW OVERVIEW
Plaisir coupable
6
Partager
Article précédentCritique – Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2
Prochain articlePuyo Puyo Tetris – Chronique d’un trauma

2 Commentaires

  1. Salut,
    J’ai aussi eu l’occasion de jouer à Sniper: Ghost Warrior 3 via ce site : https://www.jeu-a-telecharger.fr/ et je ne partage pas totalement ton avis. Je ne trouve pas que le titre soit aussi horrible que tu le dis. Certes, il y a quelques aspects qui auraient pu être améliorés, mais ce divertissement a quand même su me garder en haleine. J’ai surtout apprécié la phase d’exploration en monde ouvert.

  2. Salut ! J’y ai aussi joué sur PlayStation 4 et je dois dire que je suis assez satisfaite. Je ne trouve pas qu’il soit aussi moche que tu le dis, mais bon à chacun son avis. 😉

Répondre

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom