Murdered Soul Suspect

Si vous pensiez reposer en paix une fois entre quatre planches de sapin fraichement vernis, Murdered Soul Suspect vient nous prouver le contraire. Dans la charmante et oppressante ville de Salem, Ronan O’Connor devra d’abord mettre en lumière l’affaire de son meurtre avant que son âme puisse rejoindre celle de sa femme décédée trois ans plus tôt. Finalement, ça à l’air bien fatiguant d’être mort.

Testé sur Playstation 4

Ce plagiat de Ghost!

Murdered Soul Suspect Je n’ai pas honte de le dire, mais je suis un grand fan du film Ghost ! Vous savez, cette émouvante histoire d’amour avec Patrick Swayze, Demi Moore et Whoopi Goldberg. Si je vous parle de ce film qui a balancé mon enfance, c’est pour vous dire que Murdered Soul Suspect n’est qu’un sombre plagiat de cette œuvre magistral des années 90! Blague à part, le jeu reprend grosso merdo la même idée de départ. Le héros, ici Ronan O’Connor, est bloqué entre le monde des vivants et des morts, et ne pourra rejoindre la lumière et sa défunte femme qu’une fois qu’il aura résolu l’affaire de son propre meurtre. Car juste avant de mourir, Ronan n’était qu’un ex-malfrat reconverti en flic qui suivait la piste du crieur des morts, un meurtrier soufflant le froid sur la ville de Salem. Ce dernier, aussi énigmatique que puissant, c’est débarrassé du pauvre Ronan d’un revers de la main avant de lui truffer de plombs le poitrail. Et sachez qu’enquêter sur son propre meurtre n’est pas une mince affaire, surtout quand on est qu’un spectre que personne ne peux voir.

Bien qu’étriquée, la ville de Salem est l’un des points forts du jeu. Sombre, envoutant, oppressant et parfois même glauque, le terrain de jeu est une véritable peinture vivante où s’entremêle l’architecture moderne avec des éléments spectrales du passé comme un train déraillé ou encore une potence triomphant en plein milieu du musée. Et bien qu’enchainant les clichés avec la visite du commissariat, de l’asile psychiatrique ou encore du cimetière, le jeu sert une intrigue plutôt bien écrite et enchaîne les rebondissements sans en abuser. Si bien que passé la première heure de jeu, parvenir à en décrocher devient compliqué (J’ai même mis Watch_Dogs de côté). Ce qui est une belle prouesse puisque mis à part son ambiance et son propos, Murdered Soul Suspect est très loin d’être sans défauts.

T’es mignon, mais un tout petit chiant quand même…

Murdered Soul Suspect S’il fallait désigner le plus gros défaut de Murdered Soul Suspect, ce serait sans hésiter son gameplay. C’est qui est tout de même bien ballot pour un jeu-vidéo. Mais loin d’être catastrophique pour autant, le jeu manque cruellement d’ambition, de profondeur et surtout de challenge. Pour résumer, on doit résoudre une série d’enquêtes dans différents lieux en inspectant les environs à la recherche de différents indices. Une fois collectés, il suffit ensuite de choisir le ou les indices les plus pertinents pour répondre à l’interrogation en cours. Le jeu nous tenant par la main du début à la fin de l’enquête en prenant même le soin de nous laisser recommencer si l’on choisit les mauvais indices. Bien trop simple, la résolution des enquêtes en devient rapidement ennuyeuse et est même souvent mis à mal par la technique. En plus des déplacements houleux du personnage, la gestion de la caméra est très mal fichue et a une fâcheuse tendance à sauter dans la mauvaise direction dès lors que l’on traverse un mur.  Car en qualité de spectre, il est possible de traverser les éléments du décor. Enfin presque. A l’aide d’une belle pirouette scénaristique, il nous est impossible de traverser certains éléments ou d’entrer dans une maison si une porte ou une fenêtre n’est pas ouverte. De quoi briser la liberté du fantôme que l’on pensait avoir pour nous forcer à emprunter un chemin balisé et finalement assez étriqué.

Mais Ronan ne sait pas que traverser les murs. Il est capable de lire dans les pensées des PNJ et même de leur suggérer des choses afin d’en tirer des informations. Plus drôle, on peut prendre possession de certains animaux pour atteindre des points apparemment inaccessibles et même de revivre certaines scènes du passé. Bien qu’un poil barbant sur les premières heures, le jeu reprend du poil de la bête en milieu de parcours à l’aide de Joy, une jeune médium capable de voir et parler à Ronan. S’ensuit donc des phases de jeu un peu plus amusantes où l’on doit aider Joy à s’infiltrer en attirant l’attention de différents personnages. Et en parlant d’infiltration, il faut savoir que la ville de Salem comporte ici et là quelques démons à la recherche d’âmes à se mettre sous la dent. En résulte donc des phases de jeu autant soporifiques que catastrophiques où l’on doit se cacher des démons à l’intérieur d’autres spectres afin de les prendre à revers et s’en débarrasser à l’aide d’un QTE bien moisi. Des séquences sans intérêts qui viennent ruiner le rythme de l’aventure. Enfin, si la réalisation ne pique pas les yeux, on reste dans du timide et on se positionne même dans du bas de gamme par rapport à ce que peux proposer la PS4.Mais finalement, malgré un gameplay mou, une réalisation au rabais et quelques errances techniques,  le jeu est « sauvé » à l’aide de son histoire et son ambiance. Du moins suffisamment pour passer huit heures de jeu sans se prendre la tête. Chose que d’autres n’arrivent même pas à faire.

5
Dommage !
Fini à la truelle, trop simpliste et sans véritable ambition, Murdered Soul Suspect porte sur ses frêles épaules une palanqué de défauts difficiles à occulter. Mais l’ambiance, les personnages, le déroulement de l’intrigue et l’écriture du titre de Airtight Games font qu’on reste happé à sa manette pour résoudre l’ultime enquête de Ronan. Si bien qu’entre deux gros jeux et à petit prix, Murdered Soul Suspect a ce qu’il faut sous les bottes pour passer un bon moment.

Murdered Soul Suspect sur Amazon 

Répondre

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom