[TEST] Monster Energy Supercross 3 sur Nintendo Switch

Conclusion

Techniquement décevant, Monster Energy Supercross 3 n’en reste pas moins un bon jeu de motocross qui devrait plaire aux amateurs d’une discipline reine aux Etats-Unis. Exigeant, le gameplay du jeu de Milestone a de quoi frustrer de prime abord, mais une fois qu’on se prend au jeu, on y revient sans déplaisir. Comme le bon vin, la franchise s’améliore avec l’âge et il y a déjà de quoi attendre le quatrième épisode avec impatience.

Et si on passait une partie de l’hiver dans la boue à faire vrombir de la grosse cylindrée ? Parce que même si le jeu est techniquement à la peine et un poil exigeant sur les bords, Monster Energy Supercross 3 se pose comme l’épisode de la maturité en plus d’être vraiment chouette   

J’y ai joué sur Nintendo Switch à partir d’une version fournie par l’éditeur

Contrairement au foot, au basket et une bonne palanquée de sports automobiles, on ne peut pas dire que les amoureux de Motocross aient véritablement de quoi se mettre sous la dent côté jeu vidéo. Parce que depuis la mise en pause de la série MXGP qui commence sérieusement à s’éterniser, il ne reste plus que la toute jeune franchise Monster Energy Supercross pour s’adonner virtuellement à cette pratique qui est un véritable phénomène aux États-Unis. Développé par Milestone et édité par Big Ben, la série Monster Energy Supercross a connu des débuts très compliqués avec un premier volet pas loin d’être catastrophique et s’est ensuite rattrapé l’année d’après sans pour autant marquer les esprits. De fait, ce troisième volet se pose comme l’épisode de la maturité tant il s’améliore sur tous les points. Du moins, sur PS4 et Xbox One sûrement parce que la réalisation de la version Switch pêche par son manque de finesse et de stabilité. Le jeu n’est pas spécialement moche, mais il accuse cruellement le coup avec des textures baveuses, du tearing en veux-tu en voilà avec des motos qui apparaissent et disparaissent à 10 mètres et un framerate très fragile qui peut parfois gêner. Et ça, c’est assez embêtant.  

test de monster energy supercross 3 sur nintendo switch
Monster Energy Supercross – The Official Videogame 3_20200206153527

Un jeu exigeant 

Alors qu’on pourrait très bien penser le contraire, Monster Energy Supercross 3 n’est pas un jeu typé arcade où l’on fonce tout droit entre deux sauts à plus de 10 mètres du sol à enchaîner les figures. A vraie dire, on en est même assez loin. Sans être un parangon de la simulation, le titre de Milestone propose un gameplay carré et particulièrement exigeant. Entendez par là qu’il faut gérer le poids de son pilote, la force exercée sur le guidon et étudier la topologie des circuits pour espérer passer la ligne d’arrivée en premier. Sans cela, on finit par se prendre une barrière après un virage en épingle mal géré ou se vautrer en beauté après un saut trop court. Si la prise en main est rapide, il faut du temps pour maîtriser le gameplay qui se situe quelque part entre de l’arcade et de la simulation. La conduite est simple, grisante même, mais gérer les sauts, les atterrissages et les trajectoires demandent du temps et peut même créer une certaine forme de frustration lors des premières parties. D’autant plus que l’IA est féroce et ne se laisse absolument pas faire même en mode facile. Mais passé les premières heures, on se prend au jeu, on commence à s’amuser et sent une véritable progression au fil des courses. Et hormis une sensation de flottement sur certaines trajectoires et sauts, le gameplay est très agréable. Par contre, pensez à désactiver les vibrations de la Switch en mode portable car c’est tout simplement insupportable. 

test de monster energy supercross 3 sur nintendo switch

Le plein de contenu 

Du côté du contenu, Monster Energy Supercross 3 est loin d’être avare. Si la forme est barbante avec son interface pas toujours très claire, le mode carrière est très complet et nous fait faire le tour des États-Unis pour visiter tous les circuits officiels du championnat de Supercross. Et ça, c’est le genre de friandise qui fera fondre les amoureux de la discipline. Pour le reste, on a le droit à du contre la montre, des épreuves, des défis pour s’approprier le gameplay et un mode multijoueur en locale et en ligne. Malheureusement, le code réseau n’a pas l’air super au point et c’est assez compliqué de trouver des parties même aux heures « chaudes » de la journée. Enfin, le jeu propose aussi un éditeur de circuit particulièrement complet quoiqu’un poil complexe à utiliser. Quand bien même, il y a de quoi faire de très jolis circuits ou encore récupérer ceux de la communauté si votre fibre créative est en berne. Et pour terminer sur la partie création, sachez qu’il est maintenant possible de créer une femme comme pilote dans le mode carrière. Ça ne change absolument rien, mais c’est toujours sympa de pouvoir le faire. 

Derniers articles

[TEST] SnowRunner – Xbox One X

Si vous aimez les gros camions américains, les monstres capables de transporter la moitié d’une fusée sur plusieurs centaines de kilomètres ou...

[Bons Plans] Days of Play 2020

Retrouvez tous les bons plans du Days of Play 2020, deux semaines de promotions dans l'univers PlayStationDu 25...

Du gameplay pour Ghost of Tsushima

Découvrez 18 minutes de gameplay de Ghost of Tsushima, le prochain jeu de Sucker Punch qui devrait être la dernière grosse exclusivité...

The Last of Us Part 2 : le nouveau trailer est là !

Comme promis il y à quelques jours, Naughty Dog vient de publier le tout nouveau trailer de The Last Of Us...

[TEST] Predator : Hunting Grounds

Malgré l’échec retentissant d’Evolve, le genre du jeu multijoueur asymétrique continue de fournir des sorties régulières. Certaines licences à succès permettent de...

Découvrez le trailer d’Assassin’s Creed Valhalla

Après avoir mis l'eau à la bouche aux fans durant de longues heures, Ubisoft nous dévoile enfin Assassin's Creed Valhalla avec un...
Marko
Ici c'est chez moi. Alors je fais ce que jeu veux. Ça va sinon?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here