test de killing floor 2

Imaginez-vous tard le soir, après une journée de taf relou, stressé à cause des transports bondés, et avec un reste de Pizza du week-end limite moisi comme repas parce que vous êtes à la bourre. C’est bon vous visualisez ? Vous êtes vénère ? Envie de défoncer des gueules ? OK, bravo, vous voici donc prêt à allumer la Playstacheun avec Killing Floor 2.

Killing Floor 2 c’est quoi ?

C’est tout bêtement un FPS survival façon Left4dead boosté au Heavy Métal et aux viscères de zeds… les zombies du jeu. Dans KF2 vous devez affronter en team (6 joueurs max) des vagues d’ennemis (4, 7 ou 10) de tous les types dans la degueulasserie afin de dépouiller la gueule de l’un des deux boss de fin (oui, seulement deux…). Pour cela vous aurez une dizaine de classe de personnages qui s’upgrade au fil des parties pour devenir encore plus badass. Une bonne dizaine de maps sont aussi dispos, allant d’un labo cheulou à une forêt en passant par un Paris complètement dévasté. On peut aussi compter sur un tas de flingues, des shlass en tous genres et la possibilité de crafter pour construire des pétoires foldingues en plus d’objets ou d’habits pour habiller sont perso.

Qu’est-ce qu’il a de plus KF2 ?

Si le gameplay de Killing Floor 2 ne réinvente pas grand-chose, il faut noter que le côté teamplay est lui très réussi. C’est même clairement le cœur du jeu. Impensable donc de se faire des vagues d’ennemis seul et encore moins pour aller buter un boss et, pour le coup, de vraiment apprécier l’expérience. Malgré ça, un mode solo est également disponible, mais franchement, autant l’oublier directement. Pareil pour le mode PVP Survivants vs Zeds qui n’offre aucun intérêt.

test de killing floor 2

Killing Floor 2 est fait pour jouer en multi, point barre !

Killing Floor 2 est un jeu sans pitié et n’importe quel petit zed de merde peut vous tuer rapidos. Isolé, vous êtes une proie facile et bien trop fragile face à une meute de zeds. Et même si un Bullet Time bien stylé apparaît par moments grâce à votre skill, il n’est pas suffisamment performant pour vous sauver les miches dans certaines situations. À chaque fin de vague, vous pouvez aller faire le plein de munitions, armure et acheter du meilleur matos avec vos thunes durement gagnées grâce aux kills. Mais attention, les munitions peuvent se faire rares, la puissance de feu n’est pas phénoménale, les différentes grenades servent plus à repousser des petits zeds qu’autre chose alors pensez bien à faire le plein et toujours tirer utile et efficace. Essayez de bien être en équilibre avec vos équipiers et prenez bien soin d’eux, comme eux prennent soin de vous. Bref vous l’aurez compris, seule une bonne stratégie d’équipe avec des soutiens, soigneurs, démolisseurs et autres, vous fait gagner des parties.

test de killing floor 2

Vous aurez aussi la possibilité de vous soigner seul, ou soigner les autres avec un flingue spécial, même si vous n’êtes pas de classe medic, alors n’hésitez surtout pas. Notez également que l’XP de votre classe sera un atout majeur pour vous et votre team. Plus vous en gagnez, plus vous avez accès à de nouvelles compétences de classes. Croyez-moi, elles sont vraiment utiles ! Exemple, le rechargement rapide, dans certain FPS c’est inutile, mais là ça change tout ! Car ça peut être très long de recharger une prétoire dans Killing Floor 2… surtout quand on a dix zeds au cul. Ces compétences de niveau sont propres à chaque classe et donnent vraiment du boost à votre perso, alors n’hésitez pas à faire du leveling pour éviter d’être en PLS à chaque affrontement.

En gros, Killing Floor 2 est un défouloir simple et efficace qui propose deux lectures. Si tu veux juste killer, trancher, brûler, exploser ? Ok, tu vas t’amuser. Si tu veux être tactique, souder des portes (oui oui on peut) pour retenir les zeds, faire des guets-apens avec tes potes, jouer en teamplay à mort et finir avec un fucking score ? Là aussi, tu vas kiffer ! Killing Floor 2 est pour moi la bonne surprise de cette fin d’année et à 39 balles, franchement, ça vaut le coup grave ! Ok ce n’est pas le plus beau jeu du monde. Ok c’est répétitif, mais bordel qu’est-ce que c’est bon !

Répondre

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom