Les RPG, je n’aime pas ça. Mais vraiment pas. Ça me file la gerbe et j’ai du mal à comprendre tous ces gens qui exultent à l’annonce d’un nouveau Final Fantasy. Et puis Disgaea 4 : A Promise Revisited est arrivé dans ma PS Vita. Je l’ai regardé de traviole, mais je lui ai donné sa chance. Et maintenant ? Bah je suis accro.

Testé sur Playstation Vita 

Du crack dans une cartouche

DDisgaea 4ire que je suis accro à un RPG relève de la science-fiction. C’est vrai qu’on ne doit jamais dire jamais, mais depuis la nuit des temps, les RPG et moi ça fait soixante-douze. Je me souviens encore de ma douloureuse expérience avec un certain Final Fantasy VII. Tout le monde criait au jeu du siècle. Alors j’ai essayé. Et j’ai tristement abandonné quand je me suis retrouvé perdu dans ce putain de désert, la gerbe au bord des lèvres. C’est qu’il m’en a fallu des parties de ISS Pro Evolution pour me redonner goût à la vie après une épreuve pareille. Si bien que depuis presque 20 ans maintenant, je n’ai pas peur de dire que les RPG c’est de la merde. Même si tout le monde semble y prendre un pied phénoménal. Mais voilà que je viens de changer d’avis. Juste après avoir passé une grosse poignée d’heures sur Disgaea 4.Si ce n’est pas un RPG à proprement parlé, le jeu de Nippon Ichi Software est ce qu’on appelle un Tactical RPG. Un jeu de rôle où les combats prennent la forme d’une véritable partie d’échec. En gros, les but est d’éliminer tous les adversaires d’un niveau en déplacent ses différents personnages sur des cases tout en respectant leurs différentes spécificités. Comme la distance de déplacement, la force, les capacités spéciales et bien plus encore. Pour remporter une partie, il faut donc faire preuve de stratégie et savoir anticiper les coups de l’adversaire pour se mettre dans les meilleures conditions. Et c’est justement là toute la force de Disgaea 4 : Proposer un système d’une efficacité redoutable, d’une incroyable profondeur et terriblement addictif. En clair, ce qu’il se fait de mieux dans le genre. Car en plus des mécaniques de base, il est possible d’enchainer des combos, faire des attaques groupées, métamorphoser des personnages en armes, en fusionner deux  ou encore lancer des membres de son équipe pour évoluer plus vite sur le plateau. Il est même possible de jouer de l’environnement à l’aide des geoblocs qui apportent des bonus ou des malus selon la couleur des cases au sol. Et tout ça, ce n’est que la partie visible de l’iceberg de Disgaea 4. Une richesse incroyable qui doit combler de bonheur les amateurs du genre. Par contre, malgré de nombreux tutoriels complets, le jeu manque un peu de pédagogie. Si bien que les novices peuvent rapidement se retrouver submerger par toutes les possibilités tactiques. Mais une fois toutes les cartes en mains, les bases bien assimilées et quelques heures de jeu au compteur, Disgaea 4 se transforme en délicieuse sucrerie.

Plus c’est débile, mieux c’est

Disgaea 4Si Disgaea 4 propose un système de jeu solide où les possibilités tactiques sont plus que généreuses, il ne l’est pas moins dans son contenu. Bien au contraire même. En plus d’un long mode histoire avec de nombreuses fins alternatives, le jeu regorge d’activités en tout genre. Entre le monde des objets où l’on peut passer des heures à combattre pour faire évoluer son équipement, on peut également passer un temps fou dans l’assemblée infernale à tenter de faire passer des lois par la force ou par des dessous-de-table, s’acheter du matos dans les boutiques du sous-monde et aussi concocter le meilleur bateau pirate à envoyer dans le monde des objets d’autres joueurs via le mode multijoueurs. En somme, des dizaines et des dizaines d’heures de jeu en perspective. Côté scénario, Disgaea 4 fait dans le grand guignolesque. On incarne le prince des ténèbres Valvatorez qui est accompagné de son fidèle bras droit Fenrich. Suite à un pacte, l’ancien vampire a renoncé aux joies de l’hémoglobine humaine pour s’atteler à la formation des Prinnies (Ames envoyées en enfer)  dans le sous-monde. Jusqu’au jour où les hautes instances des enfers ont décidé d’éradiquer les Prinnies suite à un problème de surpopulation. Chose que refuse catégoriquement Valvatorez puisqu’il a promis des sardines à ses élèves en récompense des efforts accomplis. Et comme chez le prince des ténèbres, la parole est sacrée, nous voilà embarqué dans une folle quête de justice à base de sardines. Qu’on se le dise, le pitch de départ est bidon, mais l’ambiance est rafraichissante, c’est drôle, c’est bourré de répliques cultes et on s’attache très vite aux différents personnages rencontrés. De plus, les anglophobes seront ravis de savoir que le jeu a été traduit en français (Seulement les textes). De quoi se « libérer » l’esprit pour mieux se concentrer sur la belle patte graphique du titre. Mignon, tout en couleur et empruntant un style manga très agréable à l’œil, Disgaea 4 : A Promise Revisited gagne aussi en finesse par rapport à la version PS3 de 2011. Mais ce n’est pas tout puisque cette version PS Vita embarque de nouveaux personnages, de nouveaux scénarios, de nouvelles magies, de nouvelles musiques ainsi que l’intégralité des DLC. Un portage comme on aimerait en avoir plus souvent. En définitive, si je ne pense pas retenter l’expérience Final Fantasy, Disgaea 4 a fait énormément de bien à ma phobie du RPG. Alors une fois que j’aurais torché le jeu en long et en large (D’ici 2024 donc), ce n’est pas impossible que je m’aventure sur autre chose. Reste à savoir quoi.

8
Miraculeux
L’absence de nausée était un signe. Disgaea 4 : A promise Revisited m’a « presque » réconcilié avec le genre RPG. Un tour de force rendu possible grâce à une patte graphique chatoyante, un scénario aussi débile qu’intéressant à suivre, des personnages attachants, un système de jeu diablement addictif et un contenu littéralement GARGENTUESQUE ! Et malgré son manque de pédagogie pour les incultes et son côté un peu bordélique par moment, une fois que l’on saisit les mécaniques de jeu, on a un mal fou à décrocher. Surtout que le jeu embarque l’intégralité des DLC de la version PS3 ainsi que de nouveaux personnages et de nouvelles histoires. Une version de poche de luxe pour ce qui se fait de mieux dans le Tactical – RPG.

Disgaea 4 : A Promise Revisited sur Amazon

3 Commentaires

  1. 8 ! Quand même ! J’étais passé à côté de ce jeu, mais du coup, j’y jetterais un œil 🙂 Je n’ai pas eu le temps de lire tout le test, mais je le mets dans mes favoris 😉

  2. J’ai lu tout ton test, et curieusement, tu as aimé Disgaea à ce point ? Essai un petit FF Tactics, Fire Emblem aussi dans un autre style, tu devrais les adorer aussi 😀 ! Moi je verrais si je me prends ce jeu ^^’ J’ai Hyrule Warriors à finir… Même pas eu le temps de faire un “Arrivage du jour” 😮 !

Répondre

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom