Test de eFootball PES 2020 sur Xbox one

Conclusion

Comme je l’ai écrit plus haut dans mon introduction, eFootball PES 2020 est un jeu qui pue le football à tous les étages. Que ce soit en solo ou en multi, la nouvelle mouture de la simulation de Konami est un véritable petit régal aussi bien dans le jeu que pour les yeux. Après, tout n’est pas parfait, l’ergonomie n’est pas au top, les passes automatiques sont frustrantes et il y a encore un problème de contenu, mais on a le droit à un excellent jeu de football. Et ça serait vraiment con pour vous de passer à côté.

Dispo dans les bacs avant même que Neymar n’effleure sa première pelouse de Ligue 1, eFootball PES 2020 s’est même paré d’un nouveau nom pour affirmer sa nouvelle orientation vers l’eSport. Mais ce n’est qu’un détail parmi tant d’autres pour un jeu qui pue le football à tous les étages.

J’y ai joué sur Xbox One X à partir d’une version fournie par l’éditeur

eFootball PES 2020, un jeu pour les joueurs

Et si on balayait d’entrée de jeu les problèmes de contenu ? Parce que bon, depuis le temps, on le sait bien que PES souffre de la comparaison avec son concurrent. Pas la peine de jouer la surprise lorsque je vais vous dire que, oui, eFootball PES 2020 manque un peu de contenu. D’autant plus que le jeu a perdu la licence de la Ligue des Champions et de l’Europa Ligue cette année et que la Bundesliga est aux abonnées absentes avec quelques gros clubs européens comme le Real Madrid. Par contre, vous pourrez toujours compter sur notre bonne vieille Ligue 1 Conforma, le championnat Portugais, Belge, Italien et même Argentin ou encore Brésilien pour les plus exotiques d’entre vous. En fait, le problème de contenu d’eFootball PES 2020 ne repose pas vraiment sur ses licences, il y en a suffisamment pour s’amuser, mais plus sur ses modes de jeux. Et puis si l’absence de certains gros clubs et compétitions en fera certainement tiquer plus d’un, Konami a pris le parti de signer des partenariats avec de très gros clubs comme le Bayern, Manchester, Barcelone ou encore la Juventus. Car à défaut de proposer une montagne de mode de jeu, eFootball PES 2020 se concentre plutôt sur les joueurs via l’affect qu’ils pourraient avoir avec les différents clubs partenaires, mais aussi par le jeu en lui-même. CQFD

Test de eFootball PES 2020 sur Xbox one

eSport Edition

Si vous ne l’aviez pas remarqué via son titre, eFootball PES 2020 est un jeu qui mise sur l’expérience en ligne. Sur l’eSport pour être plus précis. D’ailleurs, il est fort à parier que Konami aimerait faire de sa licence le port étendard du football dans le sport électronique (ouais ça sonne moins bien dit comme ça). Et quand on se souvient de toute l’effervescence qui existait autour de la PES Ligue dans les années 2000, notamment en France, ça ne serait pas vraiment une surprise de voir la sauce prendre de la même manière en ligne et dans les plus grands tournois internationaux. C’est du moins tout le mal que je leur souhaite. Et puis il suffit de lancer le jeu pour voir que tout est articulé autour du multijoueur. Si l’éternel « Partie Rapide » reste la première option, c’est clairement sur le mode en ligne qu’est mis l’accent. De par le mode « eFootball » où l’on peut faire différents types de matchs en ligne et aussi par le mode « MyClub » où l’on construit son club en affrontant d’autres joueurs à défaut de se la mettre contre l’ordinateur. D’une certaine façon, le mode solo est presque relégué au second plan même s’il n’a pas été négligé puisque la Ligue des Masters a eu le droit à un petit ménage de printemps.

Test de eFootball PES 2020 sur Xbox one

Ligue des Masters 2.0

Ça aura mis du temps, mais la Ligue des Masters a eu le droit à sa petite refonte. Dans l’esprit, ça reste la même chose, mais la forme a été complétement revue. Avant de commencer les hostilités, il faut choisir un coach qu’on peut sélectionner parmi un petit parterre de célébrité allant de Cruyff à Maradona. On est même amené à répondre aux questions de journalistes ou encore du directeur sportif du club à travers quelques petites cinématiques durant la saison. Le résultat est loin d’être foufou, ça donne même l’impression d’assister à une conversation entre pantins, mais ça donne un côté vivant à un mode qui sentait très fort la naphtaline. Surtout que si la nouvelle interface est plutôt claire, elle manque cruellement d’ergonomie avec une avalanche de menus et de sous-menus mal agencés. Et pour rester sur les choses qui fâchent, on ne peut pas basculer vers une section depuis la messagerie et les montants des transferts ne sont pas en euros. Ce qui a tendance à rendre les négociations un peu plus hasardeuses. Mais bon, le mode reste intéressant, on se prête très vite au jeu et on voit qu’il y a une réelle volonté de faire quelque chose de bien. PES est une licence en constante progression ces dernières années et ça se voit dans chaque compartiment. Y compris son gameplay.

Test de eFootball PES 2020 sur Xbox one

Un gameplay aux petits oignons

Parlons maintenant un peu du cœur du jeu : le gameplay. De ce côté-là, les habitués ne seront pas dépaysés puisque eFootball PES 2020 reste sur les mêmes bases que ses prédécesseurs et y ajoutent quelques touches ici et là pour rendre l’expérience toujours plus savoureuse. Tout est axé sur la construction et du jeu en passes qu’il faut redoubler pour s’ouvrir des brèches et ainsi profiter de la profondeur. Et autant vous dire que c’est un véritable petit plaisir de laisser parler son jeu et même de contrer celui de l’adversaire dans des matchs toujours un peu moins stéréotypés. Bien sûr, il y a toujours moyen de claquer un petit but d’en dehors de la surface de réparation, mais ça reste difficile à caser et les gardiens se montrent plutôt bon dans l’ensemble. Et malgré l’ajout de la nouvelle technique de drible, développée en collaboration avec Andrés Iniesta, qui permet de littéralement tué son vis-à-vis sur quelques centimètres d’un simple coup de stick analogique droit, les percées en solitaires sont rares et assez inefficaces à moins d’être un petit génie. eFootball PES 2020 propose un très bon équilibrage entre l’attaque et la défense et les matchs deviennent rapidement très disputés entre deux joueurs du même niveau. Pour autant, tout n’est pas rose et il y encore quelques petits soucis, comme une sélection des joueurs pas forcément judicieuse et des passes automatiques parfois complétement pétés. De quoi anéantir quelques jolies contre-attaques par une passe du mauvais côté alors que le joueur était parfaitement aligné. Heureusement, les passes manuelles sont toujours de la partie, mais elles restent une fois de plus réservées à une certaine élite. Quoi qu’il en soit, ce nouveau PES est un véritable petit délice pad en main, et ça l’est aussi pour les yeux.

La classe à Dallas

Dans la droite lignée de l’épisode de l’année dernière, eFootball PES 2020 nous propose une réalisation de grande classe. Et s’il reste encore ce petit côté factice, ou jouet si vous préférez, je trouve que la simulation de Konami est clairement au-dessus de FIFA de ce côté-là. Les joueurs sont superbement modélisés, du moins les stars, et on a souvent cette envie de lâcher la manette juste pour admirer. On sent qu’ils ont aussi travaillé sur les couleurs, un peu moins vives, et sur l’ambiance des stades qui sont plus vivants que jamais malgré des supporters encore un poil trop timide à mon gout. Mais là où le jeu frappe vraiment très fort, c’est sur les animations des joueurs et la palette de mouvement d’une richesse assez folle. C’est parfois même bluffant, notamment sur les gros contacts où on voit le joueur tituber sur plusieurs mètres avant de s’effondrer ou lorsqu’un autre va invectiver l’arbitre. Le tout s’enchaine dans une fluidité presque déconcertante et ça rend les matchs incroyablement vivants. Il suffit de faire le test avec un non joueur qui pourrait presque prendre une partie pour un vrai match s’il regarde l’écran d’assez loin. D’ailleurs, un petit mot rapide sur la nouvelle caméra par défaut qui tourne largement à l’approche des cages. Ça donne une vision assez intéressante des matchs, mais je trouve qu’on perd un peu en visibilité. Surtout si vous jouez loin de la télé comme moi. Mais bon, là, il s’agit surtout d’une affaire de gout.

Test de eFootball PES 2020 sur Xbox one

photos : jeuvideo.com

Derniers articles

PlayStation 5 : Et si la DualShock 5 devenait un périphérique autonome ?

Alors que la PlayStation 5 ne montrera pas le bout de son nez avant la fin de l’année prochaine, un brevet déposé...

Mon avis sur El Camino : un film Breaking Bad

Il était environ 23h vendredi dernier lorsque j’ai lancé El Camino sur Netflix. Et si beaucoup de fans ont été déçu par...

Promo : Pack PS4 Fortnite à 229,99 euros

Alors que le monde entier parle de Fortnite depuis ces derniers jours, je vais rester dans le ton en vous proposant une...

Fortnite fait exploser les recherches sur Pornhub

Durant les deux jours de black-out de Fortnite, les joueurs n’ont visiblement pas eu le temps de s’ennuyer puisqu'ils ont littéralement fait...

Fortnite : Le chapitre 2 est disponible !

Après avoir disparu dans un trou noir durant deux longs jours, Fortnite est de retour dans un chapitre 2 plein de nouveautés...

Concours : Gagnez une copie du jeu Freedom Finger sur Nintendo Switch

Ce n’est pas encore l’anniverssaire du blog, bientôt, mais je vous propose aujourd’hui un petit concours maison pour tenter de gagner un...
Marko
Ici c'est chez moi. Alors je fais ce que jeu veux. Ça va sinon?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here