Rambo the video game

Je ne sais si c’est dû au fait d’avoir vu Creed hier soir au ciné, mais ce matin, j’ai eu la folle envie de vous parler de Rambo : The Video Game. Un authentique jeu de merde qu’il en devient presque indispensable.

Je l’avoue. Quand je n’ai pas le temps d’essayer d’écrire un truc intelligent et que j’ai envie d’alimenter le blog d’un petit billet, je brandis ma carte secrète en la pointant vers le soleil, ou les nuages gris le cas échéant, et je vous parle d’un nouveau jeu de merde. C’est facile, je l’entends, mais ça me permet de vous mettre en garde contre certaines atrocités et ça me fait marrer par la même occasion. Et aujourd’hui, je vous envoi du lourd avec Rambo : The Video Game. Un étron cinq étoiles qui a tout ce qu’il faut pour siéger au panthéon des pires jeux de l’histoire. Se considèrent certainement d’un certain standing, le jeu a préféré mettre de côté les dernières aventures en date de John Rambo pour se concentrer sur la trilogie originelle. Et si Rambo 2 et 3 sont deux films d’action plutôt bourrins et assez bas du front, le premier reste une petite merveille du genre et la preuve par neuf que Sylvester Stallone est l’un des meilleurs scénaristes d’Hollywood. Oui, oui, vous m’avez bien lu. Entre le premier Rambo et les premiers Rocky, Sly a prouvé qu’il savait écrire et qu’il n’avait rien à envier à toute cette nouvelle vague de scénaristes incapables de nous raconter une histoire correctement. Mais revenons-en à nos moutons. À savoir cette nullité de Rambo : The Video Game.

Développé par une demi-douzaine de manchots de Teyon et édité par Koch Media, Rambo : The Video Game n’a tout simplement rien pour lui. Réalisation désastreuse faisant passer ce pauvre Rambo pour un poivrot difforme, une durée de vie ridicule et un gameplay on ne peut plus laborieux. Pourtant, il n’y avait rien de vraiment difficile à pondre un shooter sur rail un tant soit peu agréable à prendre en main. Ici, tout est pénible. Entre la vitesse du jeu asthmatique, des contrôles laborieux et des QTE qui donnent envie de noyer de pauvres chatons inoffensifs, le jeu prend plutôt la forme d’une punition qu’autre chose. Et si vous avez des doutes sur ce que j’avance, vous n’avez qu’à jeter un œil sur les captures d’écran ou sur cette somptueuse vidéo du jeu. Par contre, ne venez pas vous plaindre si vous faites des cauchemars derrière. Le jeu est sorti sur PS3, Xbox 360 et PC l’année dernière et il est tellement mauvais qu’il en devient presque un devoir de l’avoir dans sa collection. Histoire de montrer aux générations futures ce que le jeu vidéo peut faire de pire.

Facebook Comments

2 Commentaires

Répondre

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom