Si tu es fan des productions Quantic Dream, que tu as au moins un poster géant de David Cage à la maison et que tu t’es surpris à verser ta petite larme lors des incroyables aventures de Jodie et son entité Aiden, il y a de très fortes chances que la suite de cet article te provoque quelques petites remontées gastriques. Mais que tu le veuilles ou non, on ne m’empêchera jamais de penser que Beyond Two Souls est de loin le plus mauvais jeu du studio et peut-être l’une de mes pires expériences de joueur.

Avant de commencer, et contrairement à ce que certains pourraient penser, sachez que je n’ai strictement rien contre Quantic Dream. Alors oui, il m’arrive de faire quelques blagues sur leurs jeux, de taquiner les personnes qui les trouvent fantastiques, d’avoir un mot ou deux sur le melon disproportionné de David Cage et je n’ai pas hésité à partager l’enquête du Monde et de Canard PC sur les conditions de travail au sein du studio. Ce qui ne m’a pas empêché d’adorer The Nomad Soul, qui reste d’ailleurs l’un de mes jeux préférés sur Dreamcast, d’avoir platiné Heavy Rain et d’attendre chacun de leurs jeux avec une certaine forme d’impatience. Mais si j’ai passé de très bons moments à essayer de débusquer le tueur aux origamis dans Heavy Rain, que je considère être un bon jeu, ça n’a pas du tout été le cas avec Beyond Two Souls qui m’a fait l’effet d’une sacrée douche froide.

beyond two souls jeu de merde

Si Heavy Rain est peut-être le premier jeu à véritablement embrasser le style de Quantic Dream, à savoir des expériences narratives qui s’appuient sur tous les codes du cinéma, Beyond Two Souls lui a emboité le pas et est même allez plus loin en s’octroyant les services d’Ellen Page et Willem Dafoe au casting. Deux acteurs hollywoodiens à la renommée mondiale qui n’ont pas hésité à se faire un bain de foule, prendre la pose devant un parterre de photographe et arpenter le tapi rouge du Grand Rex pour la soirée de lancement du jeu. Rétrospectivement, Quantic Dream avait annoncé la couleur d’entrée de jeu. Beyond Two Souls n’est pas un « jeu », mais un film interactif, ce qui est à mon sens un retour en arrière comparé à Heavy Rain qui malgré ses problèmes, proposait quelque chose de cohérent et qui fonctionnait très bien.

Nombreux sont ceux à avoir apprécié Beyond Two Souls, certains l’ont même adoré (bisous six-k), je ne les blâme pas, pourquoi je le ferais, et tous les gouts sont dans la nature, mais bordel, je trouve que RIEN ne va dans ce jeu. Je l’ai détesté à sa sortie et je le déteste encore aujourd’hui. Pour moi, Beyond Two Souls n’est qu’une pénible et très longue cinématique où le joueur n’est pas un acteur mais un simple spectateur. Je pense par exemple à cette course-poursuite à moto où l’on peut très bien poser la manette et aller pisser un coup sans que ça ne change quoique que ce soi. Vous pouvez même piquer du nez et vous réveiller en sursaut quelques minutes plus tard pour constater que le jeu n’a pas pris la peine de vous attendre pour continuer son petit bonhomme de chemin. Le gameplay proposé est d’une incroyable pauvreté et la seule idée vraiment intéressante du jeu, lorsqu’on prend le contrôle d’Aiden pour interagir avec l’environnement et d’autres personnages, n’est pas assez bien exploité ou trop peu utilisé. Et je ne ferais pas l’affront de vous parler des séquences en TPS qui sont, comment dire, nulles…

beyond two souls jeu de merde

Après, on peut très bien prendre Beyond Two Souls pour ce qu’il est, un film interactif donc. Mais là encore, ça ne vole pas très haut. L’histoire n’a rien de transcendant, j’oserais même dire que c’est de la SF un peu bas de gamme, je trouve le traitement des personnages très grossier, la réalisation est morne, c’est monté façon Pulp Fiction pour donner un semblant de style et certaines scènes sont particulièrement gênantes. À vraie dire, si Beyond Two Souls n’était pas un jeu, mais un film, comme ce qu’il essaie beaucoup trop souvent d’être, il aurait sa petite fiche sur nanarland et serait peut-être directement sortie en DVD. Ou alors on le verrait une fois tous les deux ans sur M6 entre deux téléfilms complétement OSEF. Par contre, là où je ne peux rien dire sur Beyond Two Souls, c’est sur sa partie technique qui était impressionnante à l’époque de sa sortie et qui fait encore parfaitement le job aujourd’hui. Et je dois lui reconnaître au moins ça.

Si j’ai souhaité vous parler de Beyond Two Souls aujourd’hui, c’est parce que je viens d’y rejouer très récemment sur PS4 grâce à l’offre du PS Plus, mais aussi, et surtout, à cause de toute l’effervescence autour de la sortie de Detroit : Become Human. J’y joue actuellement, je ne l’ai pas encore terminé, mais c’est sans doute le fait d’avoir véritablement détesté Beyond qui fait que j’apprécie autant Detroit. Oups, je viens de vous spoiler mon article de la semaine prochaine.   

1 commentaire

  1. J’ai été déçu par ce jeu. J’attendais beaucoup plus, mais on ne peut pas tout avoir, n’est-ce pas ? Bref, « Beyond: Two Souls » est une véritable perte de temps.

Répondre

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom