Ça vous arrive d’avoir du mal à dormir? De tourner en rond sous la couette durant des heures ou de compter des wagons entiers de moutons avant que Morphée se décide enfin à rappliquer? Parce que moi ça m’arrive. Du moins, plus depuis que j’ai découvert The Crew. Un jeu aux vertus soporifiques particulièrement puissantes.

the crewOui, je sais ! Mon introduction est peut-être un poil abusive et fera certainement hérisser le poil de certains joueurs un peu trop enthousiaste à mon gout, mais elle retranscrit pourtant à la perfection tout ce que je ressens à propos du jeu. Pour tout vous dire, et avec la plus implacable des franchises, je ne compte plus le nombre de fois où j’ai baillé aux corneilles en jouant à The Crew. La faute à une conduite qui manque cruellement de panache, ce qui est assez ennuyeux pour un jeu typé arcade, une agaçante latence dans la direction et une trop forte proportion aux survirages qui rend la plupart des bolides incontrôlables passé la barre des 100 km/h. En fait, on a presque l’impression que le gameplay de The Crew a été calqué sur la conduite de Watch_Dogs. Ce qui, pour le coup, n’est pas un compliment. Aussi, comme le veut maintenant la grande tradition des jeux Ubisoft, le système de découverte de la carte  à la façon d’Assassin’s Creed a beaucoup de mal à fonctionner ici. En même temps, je me demande qui peut réellement prendre du plaisir à traquer une antenne parabolique au beau milieu d’un champ d’oignons pour afficher une demi-douzaine de missions inintéressantes dans le nord-est de l’état de New York. Néanmoins, derrière cette mécanique de jeu qui commence sérieusement à sentir la naphtaline se cache la plus grande qualité du jeu. Le gigantisme de la carte qui se calque sur une copie miniature des Etats-Unis avec ses routes, ses déserts et ses grandes villes. Et autant vous dire qu’on ne boude pas son plaisir à rouler à tomber ouvert pour relier la côte est à la côte ouest  dans un temps record, faire crisser ses pneus sur les routes goudronnées de Times Square ou encore d’admirer les panneaux publicitaires perchés sur le Convention Center de Los Angeles. Malheureusement, passé le cap de la découverte, on s’ennuie ferme sur The Crew.

the crewComme je le disais plus haut, les missions ne sont pas très folichonnes, le scénario est tout ce qu’il y a plus de bateau et l’expérience MMO, qui est pourtant le cœur du jeu, est loin d’être convaincante. Le jeu en ligne est assez instable (J’ai été de très nombreuses fois déconnectés), on ne croise pas grand monde sur les routes et dès que l’on veut se lancer dans une partie ou dans une simple interaction avec un autre joueur, on se retrouve face à une interface brouillonne et pas spécialement accueillante. Au final, si l’on met de côté la réalisation qu’on pourrait qualifier d’honorable pour un titre exclusivement jouable en ligne, fort est de constater que The Crew se plante sur pas mal de compartiments de jeu. Vous me trouverez peut-être trop bref et trop direct. Vous trouverez mes impressions peut-être trop courtes ou trop directes, mais c’est justement parce que j’attendais énormément de choses de The Crew. La perspective d’un MMO automobile avec une carte gigantesque me vendait du rêve, et ma déception n’en est que d’autant plus forte. Mais malgré l’accueil assez frileux de la presse et des joueurs avec un minimum d’exigence, les ventes sont loin d’être désastreuses et tout porte à croire qu’Ubisoft nous pondra une suite dans les années à venir. Ce qui n’est pas pour me déplaire puisque les bases sont déjà là et qu’il y a largement la place pour faire quelque chose de bien. Suffit juste de se sortir les doigts.

kuswvdqtOui, The Crew est plat, ennuyeux et parfois soporifique. Surtout quand on a le malheur de le lancer juste après une partie de Forza Horizon 2. Là, le coup de massue est nettement plus brutal. En voulant jouer la carte de l’extravagance avec une réplique des Etats-Unis et ses milliers de Km de bitume, Ubisoft a apparemment oublié en cours de route ce qui fait le sel d’un jeu de caisses. Du coup, on se retrouve face à des sensations de conduite mollassonnes, des épreuves inintéressantes et une expérience MMO très loin de ce qu’on pouvait attendre. En clair, malgré de très bonnes idées sur le papier, The Crew n’en reste pas moins un jeu très moyen que j’aurais beaucoup de mal à vous conseiller. 

Répondre

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom