test de persona 4 dancing all nigt

Généralement cantonné au petit monde anxiogène du RPG, la série Persona a maintenant le droit à son petit jeu musical avec Persona 4 : Dancing All Night. Une délicieuse petite sucrerie qui manque tout de même d’un peu de consistance pour vraiment faire la différence.

Une délicieuse gourmandise…

test de persona 4 dancing all nigtJe pense que ce n’est un secret pour personne, mais je n’ai jamais touché à un Persona de ma vie. En même temps, étant fort intolérant aux RPG, du moins à quelques rares exceptions près, il n’y a rien de spécialement étonnant à cela. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, Persona est une série de RPG développée par Atlus et qui connait un très fort succès au Japon. Tellement que le jeu a été décliné dans toutes les formes possibles et inimaginables allant du produit dérivé au dessin animé en passant même par un jeu de baston. Et depuis maintenant quelques mois, la série compte aussi un jeu musical à son actif avec Persona 4 : Dancing All Night sur PS Vita. Un genre que je considère nettement plus sexy que le RPG et qui m’a tout de suite donné envie d’installer le jeu sur ma Vita qui commençait à se plaindre du petit régime que je lui impose depuis ces dernières semaines. Mais au-delà de donner un peu à manger à ma Vita, Persona 4 : Dancing All Night a réussi l’exploit de rendre mes trajets dans les méandres de la SNCF nettement plus funky à l’aide d’un gameplay bien efficace qui parvient à être accessible et exigeant à la fois. La mécanique de jeu est d’une simplicité enfantine et s’assimile aussitôt la première partie terminée. En clair, il suffit d’appuyer sur les bonnes touches au bon moment en suivant la partition qui s’affiche sur toute la largeur de l’écran. Sachant qu’il y a différents types de notes : Simples, maintenues et doubles. Rien de fondamentalement compliqué, sauf pour les morceaux difficiles en hard où il faut avoir été un poulpe dans une vie antérieure pour espérer réaliser le sans-faute. Aussi, histoire d’ajouter un peu de complexité aux parties, il faut compter sur la présence de cercles qui apparaissent à l’écran et qu’on valide en mettant un coup de stick analogique. Si les rater n’a aucune incidence sur le déroulement de la partie, le fait de les réussir permet de maximiser les points et même de faire intervenir un second danseur sur la piste pour faire exploser les compteurs. Par contre, contrairement aux notes qui apparaissent de façon cohérente sur la partition, les cercles déboulent en décalage et ça peut devenir très compliqué de les valider sans foirer une note ou deux derrière. Car si Persona 4 : Dancing All Night prend des faux airs de jeu « simpliste » au premiers abord, il ne pardonne en aucun l’échec et il suffit d’une poignée de notes ratées en toute fin du morceau pour perdre une partie où on pouvait très bien mettre le feu trente secondes plus tôt. Une certaine forme d’injustice à mettre en parallèle avec le plaisir de jeu qui, lui, est bel et bien au rendez-vous.

…qu’on mange un peu trop vite

test de persona 4 dancing all nigtSi toute la mécanique de jeu de Persona 4 : Dancing All night est diablement efficace, l’enrobage l’est tout autant. La réalisation est impeccable et parfaitement fluide, la direction artistique est à tomber (même si ça reste très subjectif) et je qualifierais la bande-son comme un véritable petit plaisir pour les oreilles. Les amateurs de Persona se sentiront tout de suite très à l’aise avec des musiques à forte résonance J-Pop et quelques mix techno avec même un petit soupçon de Dubstep qui tâche. Et bien que le genre ne plaira pas à tous, je n’ai clairement pas boudé mon plaisir à jouer dans les transports avec mon casque vissé sur la tête. De quoi amèrement regretter le contenu du jeu qui est bien trop maigre à mon gout. En tout et pour tout, il faut compter sur une petite vingtaine de morceaux jouables dont la moitié est réutilisée sous forme de mix. Pour plus de consistance, il faut malheureusement sortir sa CB et aller piocher dans la boutique de DLC qui est littéralement pleine à craquer de musiques, costumes et accessoires pour les différents personnages. Une politique commerciale qui se situe à la frontière entre le « abusay» et le « foutage de gueules » et qui ne manquera pas d’hérisser le poil des allergiques aux DLC. Pour autant, la durée de vie du jeu est loin d’être négligeable puisqu’il faut écumer pas mal d’heures de jeu avant de faire un sans-faute sur tous les morceaux du jeu et il faut beaucoup de temps pour venir à bout du mode histoire. Et quand je dis beaucoup, je veux dire beaucoup trop ! Déjà que l’histoire n’est pas très folichonne, ce mode est incroyablement bavard et il faut parfois se taper jusqu’à une bonne demi-heure de dialogue avant d’aller faire un tour sur la piste de danse. Concernant le scenario, sachez simplement qu’on se retrouve à enquêter sur de mystérieuses disparitions au sein d’un groupe d’idols entre le monde réel et la quatrième dimension où il est apparemment nécessaire de faire cramer le dancefloor pour se débarrasser d’âmes en peine qui tentent de nous faire la peau. En somme, un mode qui fera surement plaisir aux amateurs de Persona, mais qui laissera certainement de marbre tous les autres.

[box type=”shadow” align=”” class=”” width=”500″]

note_4Je veux du rab !
Avec un peu plus de contenu, une boutique de DLC moins scandaleuse et un mode solo un poil moins long et surtout nettement mois pénible, je pense que j’aurais collé un petit cinq étoiles à Persona 4 : Dancing All Night sans le moindre petit remord. A chaque nouvelle partie, le plaisir est au rendez-vous et ça fait bien longtemps que je n’ai pas eu envie de me faire saigner les doigts pour réaliser les meilleurs scores possibles. Surtout que le challenge est de taille et que les joueurs japonais vont-être très difficiles à déloger des premières places. Et c’est aussi une excellente occasion de ressortir sa PS Vita; une fantastique console portable  injustement boudée par les joueurs.

[/box]

1 commentaire

  1. Salut. Je pense que je vais offrir Persona 4: Dancing All Night à ma petite nièce. Elle adore danser et je suis sûr qu’elle va s’amuser avec sa maman !

Répondre

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom