Avec Kirby et le pinceau arc-en-ciel, Nintendo vient d’inventer, peut-être même sans le savoir, le premier jeu portable pour console de salon. Et ça, mine de rien, ce n’est quand même pas très banal.

Je vais vous avouer un petit secret. Quand je joue à un jeu et que je dois écrire un papier dessus, que ce soit mes impressions pour le blog ou encore un test pour Console-toi, je prends toujours le temps de lire quelques critiques de la presse pro ou amateur. Histoire de m’assurer que je ne suis pas complètement à côté de la plaque ou voir si certains partagent le même avis que le mien. Tout ça pour vous dire que pour Kirby et le pinceau arc-en-ciel, je me sens un peu seul quand je dis que ce n’est qu’un jeu portable pour console de salon. En fait, je suis même assez surpris que si peu de personnes aient souligné ce point pourtant si évident. Tout comme dans Kirby : Le pinceau du pouvoir, épisode DS datant de 2005, le jeu consiste à dessiner des arcs-en-ciel sur l’écran pour faire évoluer notre petite boule rose dans les niveaux. De fait, on reste en permanence les yeux rivés sur l’écran du gamepad sans même se soucier de ce qui peut se passer sur celui de la télé. En fait, c’est même bien plus pratique de rester concentré sur le gamepad plutôt que de lever son nez toutes les trois secondes. Ainsi, à moins de vouloir jouer au mode deux joueurs, pas spécialement passionnant, on peut très bien jouer à Kirby et le pinceau arc-en-ciel confortablement calé dans un transat, bien au chaud dans son lit ou encore en mode Poufy dans ses chiottes. Mais si le fait de pouvoir profiter du jeu loin de sa télé a un petit côté pratique indéniable, c’est assez regrettable pour la réalisation du titre qui n’est pas forcément mise en valeur par le gamepad. Après avoir fait dans la laine, Kirby est maintenant tout en pâte à modeler et le voir se dandiner sous une explosion de couleurs a de quoi faire vomir des arcs-en-ciel aux joueurs les plus aigris. Un simple petit coup d’œil suffit pour en tomber amoureux et je vais surement manquer d’originalité en disant ça, mais après avoir mangé du Bloodborne et du Mortal Kombat pendant plus d’un mois, ce genre de petit aparté fait un bien fou.

Pour en revenir rapidement au gameplay, parce que je n’en ai pas vraiment parlé, le jeu nous demande donc de tracer des lignes pour faire évoluer notre petit Kirby dans les différents niveaux du jeu. On ne contrôle donc pas notre petite boule rose à proprement parler, mais on lui imprime une direction à prendre en traçant des traits de toutes les couleurs à l’écran et on lui fait casser des briques et autres obstacles en le faisant tourbillonner. Une mécanique simple comme bonjour qui ne se limite pourtant pas qu’à ça. Ainsi, en plus de devoir faire avancer Kirby dans la bonne direction, il faudra aussi l’empêcher de tomber du ciel, le protéger de différents projectiles ou encore jouer des courants marins pour le faire arriver à bon port. Et comme le veut la tradition, on a aussi le droit à de courts passages où Kirby se transforme en tank on encore en sous-marin afin de briser la monotonie d’un jeu qui peine un peu par son rythme haché. Le titre de Hal Laboratory a beau transpirer l’ingéniosité, on a plus l’impression d’enchainer de jolies séquences de gameplay bien trouvées plutôt qu’à une chouette aventure d’un seul tenant. Ce qui ne l’empêche pas d’être très agréable à jouer pour autant, c’est juste qu’il y avait la place de faire nettement mieux et ce serait très intéressant de voir Kirby dans un jeu un peu plus consistant et pas simplement mignon. Car s’il y a de quoi passer cinq délicieuses heures à redonner des couleurs à Dream Land en compagnie de la plus adorable des boules roses, pas sûr qu’on s’en souvienne encore d’ici six mois.

[box type=”shadow” align=”” class=”” width=”500″]

note_3 Choupinet
Kirby et le pinceau arc-en-ciel est un jeu mignon tout plein, très intelligent et qui vous donnera la banane aux lèvres après chaque session de jeu. Pourtant, le titre de Hal Laboratory manque de corps, d’intérêt et aussi d’un peu de contenu pour se hisser au niveau d’un Mario ou d’un autre ténor du genre. Kirby est un monument du jeu de plateforme et je trouve assez dommage que Nintendo le cantonne dans de petites aventures mignonettes alors qu’il y a la place de faire quelque chose de nettement plus ambitieux. 


Acheter Kirby et le pinceau arc-en-ciel au meilleur prix sur Amazon
[/box]

5 Commentaires

  1. 7 mondes, c’est pas assez ! J’ai vite terminé le jeu. Seul le dernier boss m’a donné du fil à retordre… Mais pour 35€, j’ai apprécié l’aventure. Et j’ai surnoté le jeu, je l’admets, mais mes premières impressions furent nickels 😀 !

  2. Oh tu sais, chacun met la note qu’il souhaite. Sinon, sept mondes c’est bien, c’est juste que c’est très rapidement expédié

  3. Après l’excellent Kirby Triple Deluxe sorti sur 3DS, la petite boule rose s’offre sa première excursion sur WiiU. Il me tardait de découvrir cet épisode que nous obtenons après moult décalage de la part de Nintendo !!

  4. Je suis un peu d’accord avec SuzuKube, le jeu est trop rapidement terminé mais en même temps, tellement fun, qu’on ne peut que l’adorer. Mais pour l’impression au niveau du jeu mobile, honnêtement, j’ai eu la même sensation, si bien qu’au final, je ne l’utilisais jamais devant ma TV … Tu crois vraiment que Nintendo n’a pas pensé à cela ? Hummm j’en doute !

Répondre

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom