Destiny : le rois des corrompus

Il y a plus d’un an, Destiny me laissait un petit goût amer en bouche avec ses belles promesses non tenues. Mais après avoir rencontré le très sympathique Oryx, je peux le dire sans honte, le Roi ma corrompu.

Destiny : le rois des corrompusD’après le gros Robert, la corruption est le fait de pervertir ce qui était sain ou moral. Si on part du principe que j’étais parfaitement sain d’esprit en n’ayant pas accroché à Destiny, on peut donc en conclure que cette nouvelle extension m’a bel et bien corrompu. Car je n’ai pas peur de le dire, Destiny m’a très vite soulé dans sa version de base. La faute à un scénario en fil rouge loin d’être passionnant, une réutilisation abusive des environnements ainsi qu’un système de progression poussif qui ne m’a pas donné envie de m’investir. Mais ça, c’était avant de goûter aux nouveautés de cette dernière extension. Pour commencer, on a maintenant le droit à un « vrai » scénario habillé de cinématiques et de dialogues entre les différents personnages pour suivre un peu mieux les choses. Pour la faire courte, Oryx, qu’on appelle donc le Roi des Corrompus, en a gros sur la patate depuis la mort de son fils Cropta et a décidé de se venger de l’humanité en défouraillant tout sur son passage. Mais c’était sans compter sur l’abnégation des gardiens qui vont devoir traverser la galaxie et infiltrer un gigantesque vaisseau de la Ruche pour mettre fin au terrible dessein de ce Dieu bien trop susceptible. Bon, le scénario du Roi des Corrompus ne brille pas par sa finesse, mais il se suit avec attention durant les quatre bonnes heures que dure la trame principale. Au-delà de l’aspect purement scénaristique, le Roi des Corrompus propose aussi une identité visuelle très forte avec une direction artistique à tomber par terre qui enquille des panoramas de toute beauté. Si bien qu’on visite les nouveaux environnements sur Saturne et Venus avec les yeux qui brillent et on se balade dans les couloirs labyrinthiques du cuirassé en profitant des jeux de lumière particulièrement réussis. De quoi se laisser surprendre par le level-design étouffant du vaisseau propice aux combats frénétiques. Mais pour disposer de l’armée des corrompues qui attaquent toujours en surnombre, on dispose de trois nouvelles doctrines. Le Titan a ainsi le droit au brise soleil, un marteau qui crache des boules de feu à distance, l’Arcaniste peut compter sur le rite de l’orage qui cloue les ennemis au sol et le Chasseur a de quoi se prendre pour un Jedi avec la ronde de nuit qui permet de faire léviter la vermine dans les airs.  De nouvelles capacités aussi efficaces qu’agréables à utiliser et je ne vous cache pas que j’ai pris un malin plaisir à exploser les corrompus à la chaîne avec le marteau de mon Titan. Suffisamment pour me donner envie d’enchaîner les missions et gonfler les stats de mon personnage dans un tout nouveau système de progression.

La lumière au bout du tunnel

Destiny : le rois des corrompusS’il y avait bien une chose de bancale dans l’édition de base de Destiny, c’était son système de progression pour le moins curieux. Un mélange maladroit entre des points d’XP et de lumière qui définissait le niveau du joueur. Si bien que seuls les plus chevronnés comprenaient réellement ce qu’il fallait faire, ou ne pas faire, pour se confectionner un personnage suffisamment puissant pour aller se la donner en Raid. À moins que je ne sois tout simplement trop idiot pour comprendre. Avec le Roi des Corrompus, Bungie a revu sa copie et nous propose un système de progression nettement plus clair où le niveau est dissocié du score de lumière. Fixé à un seuil de 40, le niveau correspond grosso merdo à l’état d’avancement du joueur et augmente en accumulant des points d’XP que l’on récolte en enquillant les frags et en bouclant les missions. Maintenant, pour connaitre le véritable potentiel d’un joueur il ne faut plus s’arrêter à son niveau, qui ne représente finalement plus rien, mais à son score de lumière. Car s’est en additionnant les points de lumière de chaque élément du stuff d’un joueur que l’on obtient sa véritable puissance de frappe. Atteindre le niveau 40 n’est donc plus une fin en soi et c’est surtout la course aux 310 points de lumière qui distingue les meilleurs joueurs du reste de la masse. Alors avant de se lancer dans certains assauts bien corsés ou encore un raid, il est préférable, pour ne pas dire obligatoire, de partir à la chasse aux éléments de stuff toujours plus puissants afin de gonfler son score de lumière. En plus d’être plus clair, ce nouveau système de progression est surtout nettement plus abordable pour les joueurs qui découvriront Destiny avec cette extension. Et mon petit doigt me souffle à l’oreille qu’ils arrivent même par paquebots entiers.

Sucré, salé !

Destiny : le rois des corrompusMais venons-en maintenant au point le plus “fâcheux” de cette extension : son prix ! Vendu à 40 euros aussi bien sur PS4 que sur Xbox One, le Roi des Corrompus est la plus chère des trois extensions qu’a connue Destiny. Certains joueurs ont exprimé leur mécontentement sur les zéros sociaux et on peut bien les comprendre puisque de nombreuses activités sont maintenant inaccessibles sans atteindre le niveau 40 et donc sans passer par la caisse. Une politique bien dommageable, surtout pour les joueurs de longue date qui n’ont pas forcément envie de raquer autant, mais qu’on peut tout de même comprendre dans la logique d’un MMO FPS qui souhaite se renouveler. Et puis au-delà des quatre heures du mode histoire, le Roi des Corrompus apporte une flopée de nouveautés allant du simple matos aux moult missions secondaires disponibles. Et puis pour les joueurs optant pour l’édition légendaire de Destiny, sachez que le rapport quantité / prix est bien avantageux puisque le jeu regroupe l’édition de base avec ses trois extensions pour des centaines d’heure de jeu en perspective. Enfin, si vous adhérez au délire. Et si c’est le cas et que vous souhaitez l’avis de spécialistes, je vous recommande chaudement les blogs de Goldengeek et Damonx qui ont toujours pleins de choses intéressantes à dire sur Destiny.

[box type=”shadow” align=”” class=”” width=”500″]

note_4Avant j’étais sain
Avec le Roi des Corrompus, Destiny devient ce qu’il aurait dû être depuis le début. À savoir un jeu avec une identité forte, un système de progression efficace et un vrai scénario pour donner envie aux joueurs de rester pour ainsi goûter aux innombrables joyeusetés préparées avec amour par Bungie. On pourra toujours pester sur le prix de l’extension un poil trop salé pour les joueurs de la première heure, mais il y a quand même largement de quoi faire pour passer l’hiver au chaud avec Oryx. Mais les mieux lotis dans l’histoire restent les nouveaux arrivants qui, avec l’édition légendaire, mettent la main sur un jeu au rapport qualité-prix très loin d’être dégueulasse.

[/box]

1 commentaire

  1. Coucou,
    Un de mes amis a eu l’occasion de se prêter à la démo de Destiny : Le Roi des Corrompus et il n’a pas été charmé. De plus, il était assez déçu par le prix du titre, qui est exorbitant.

Répondre

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom