C’est fou comme une simple mécanique de gameplay peut foutre en l’air tout un jeu. Car en voulant jouer la carte de l’originalité, EA et Visceral Games se sont perdu en chemin avec Battlefield Hardline.

J’y ai joué sur Xbox One

Battlefield HardlineAprès la débâcle de Battlefield 4, aussi bien dans son solo bidesque que dans le chaos de son mode multijoueur, Electronic Arts et Visceral Games ont décidé de badigeonner un peu d’huile fraiche sur une machinerie sérieusement grippée par le temps. Ainsi, Battlefield Hardline nous fait passer des champs de batailles Afghan et Chinois aux marais moites et ensoleillés de Miami. On y incarne l’inspecteur Nick Mendoza qui, en plus de devoir se farcir la racaille local, devra faire face à un vaste complot de flics véreux nettement plus intéressés par l’odeur des billets de banque plutôt qu’au maintien de l’ordre. Si l’ambiance « série policière » fonctionne plutôt bien, notamment grâce à un découpage en épisodes bien vu et un habillage façon Netflix, le scénario est au ras des pâquerettes et se pose comme un condensé de clichés des séries du même genre telles que les Experts ou encore The Shield. Mais le problème de Battlefield Hardline ne vient pas du scénario qui reste agréable à suivre, mais de son gameplay bancale et mal équilibré qui fiche en l’air toute l’expérience de jeu. A tout moment, du moins quand le scénario le permet, il est possible de brandir son badge pour mettre en état d’arrestation quelques malandrins. Si le système est plutôt amusant, surtout au début de l’aventure, son utilisation est bien trop fréquente, trop efficace et surtout beaucoup trop simple. Hormis l’obligation de maintenir la jauge d’alerte des ennemis au plus bas en les maintenant en joue, sous peine de se prendre une balle dans le bide, il est possible de se débarrasser de l’intégralité des ennemis d’un niveau les doigts dans le nez. L’IA est d’une bêtise à en pleurer et il suffit de jeter une petite pièce pour attirer le premier clampin à portée et lui mettre les pinces sans craindre de se faire repérer par ses camarades sourds et aveugles. Si bien qu’à partir d’un moment, on se sent obligé de foncer dans le tas pour dynamiser un peu l’action et profiter des excellentes sensations que procurent les armes. La fameuse patte des Battlefield est bien présente, mais la visée automatique trop efficace combinée à l’IA définitivement trop débile des ennemis rend l’exercice d’une simplicité presque enfantine. Même acculé dans le coin d’un entrepôt, il est possible d’enchainer les headshot sans problèmes et gonfler un compteur de points qui ne semble pas se soucier d’une quelconque déontologie policière. Et on a aussi le droit à quelques petits passages en véhicule particulièrement mous des genoux, ultra scripté et aussi rafraichissant qu’un grand verre de sable fin en plein milieu du désert. Bref, à vouloir rafraichir sa formule, Battlefield Hardline s’est pris les pieds dans le tapis et nous propose un solo somme toute assez sympathique, mais irrégulier et pas très passionnant. Heureusement qu’il reste le multi…

maxresdefaultSi j’ai toujours réservé énormément d’importance au mode solo d’un Battlefield ou même d’un Call of Duty, tout le monde sait bien que c’est la partie multijoueur qui fait office de plat de résistance dans ce genre de jeu. Dans Battlefield Hardline, en plus des différents modes de jeu classique comme le team deathmatch, on trouve quelques petites nouveautés plutôt sympathiques comme les braquages et les poursuites folles. Le premier est à l’image de ce qu’on peut trouver dans PayDay 2 et met en scène une bande de braqueurs dont la mission consiste à mettre la main sur un magot et l’apporter à un point d’extraction sans se faire alpaguer par les forces de l’ordre. Le second, nettement plus foufou, consiste à conduire comme un porc sur une grande carte et marquer un maximum de points sans se faire shooter par l’équipe adverse armée jusqu’aux dents. Bien que ça soit un peu trop bordélique à mon gout, on s’y amuse beaucoup et il y a largement la place pour s’occuper des heures et des heures entre potes.  Malheureusement, à l’image de Battlefield 4, le netcode est à vomir et il y a de quoi enchainer les crises de nerfs. Entre les téléportations, les kills fantômes ou encore les partie où on se retrouve tout seul comme un gland, tout est réunis pour faire des vidéos complètement WTF sur Youtube qui regorge déjà de quelques pépites assez cocasses. Le pire dans tout ça, c’est que le jeu n’est pas spécialement sauvé par sa partie technique. Alors que Battlefield 4 avait fait son petit effet, se positionnant même comme l’un des plus beaux jeux toutes plateformes confondues, Battlefield Hardline réalise l’exploit d’être plusieurs crans en dessous de son ainé. Il y a bien quelques jolis petits effets, comme la pluie, les reflets ou encore la gestion de la lumière, mais le reste fait clairement pâle figure. Les textures son baveuses, c’est plein d’aliasing et dès qu’on s’écarte du chemin on a l’impression de retourner à l’ère PS3/360. Et je vous parle du début de génération! Par contre, les cut-scene ont été réalisé avec soin et on reconnait au premier coup d’œil les différents acteurs qui se sont prêté au jeu. Comme la ravissant kelly Hu qui a eu l’honneur d’un Sexy-Dredi plus tôt dans le mois. C’est déjà ça…

[box type=”shadow” align=”” class=”” width=”500″]

note_5 Ça aurait pu être bien
Mouarf. Voilà comment je pourrais résumer mes impressions sur Battlefield Hardline. Si le côté série policière du solo est assez plaisant, la fausse bonne idée du système d’arrestation et l’IA des ennemis totalement aux fraises déséquilibre le gameplay et gâche complètent l’aspect shooter du jeu. Et côté multijoueur, le netcode digne d’un jeu Wii saccage les nouveaux modes de jeu qui laissaient entrevoir de belles soirées entre potes. Alors en attendant une mise à jour qui viendrait régler tout ça, difficile pour moi de vous conseiller l’achat du jeu. Mouarf

[/box]

 Achetez Battlefield Hardline sur Amazon au meilleur prix

 

2 Commentaires

  1. Un peu sévère tout ça, le jeu a pas l’air dégueulasse sur Next-gen pourtant, puis tu as les 60fps tant enviés ! :p

    Sinon je comprends la frustration, ayant joué sur PC j’ai pas eu de soucis avec la partie graphique, ce qui m’a plus embêté c’est clairement le manque d’innovation sur les interactions multijoueur. Il y a tellement mieux à apporter et à faire sur ce genre de jeu qui a les moyens.
    Mais bon, je prends toujours du plaisir sur les parties online variées et nerveuses (sans trop de problèmes de netcode), comme j’ai pris du plaisir sur le solo qui se laisse pleinement joué mais qui est trop peu loin.

    Petit coup de coeur pour l’ambiance musicale comme graphique, un FPS au gameplay bien calibré, du moins si on attarde pas trop d’importance à la facilité de la campagne.

    • Un peu sévère peut-être, mais je ne sais pas à quoi il ressemble sur PC. En tt cas, sur Xbox One, il est pas moche, mais pas à la hauteur d’un BF. Et si le multi est vraiment cool, ce que je dis, le netcode pourri un peu le tout.

Répondre

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom