C’est hier, le 7 juillet, que Gamekult a décidé de lancer sa nouvelle offre premium. Une formule « payante » qui offrira aux abonnés du contenu de qualité, indépendant et loin des TOP 10 et autres articles putassiers qui commencent à pulluler sur le net. Une révolution pour l’un des historiques de la presse française.

C’est un véritable petit bouleversement qu’est en train de vivre Gamekult. Depuis sa création, le 1er décembre 2000, le site fondé par Nanark et Raggal est en train de tourner l’une des plus lourdes pages de son histoire en chamboulant son modèle économique et en prenant le risque de parier sur la qualité plutôt que sur l’un des plus ignobles dictateurs au monde : Google. Vous ne le savez peut-être pas, mais depuis quelques années le modèle économique actuel du web, qui est porté principalement sur la publicité, s’écroule littéralement sur lui-même entrainant la mort de certains acteurs de la presse jeux vidéo, comme JVN ou plus récemment jeuxvideo.fr, et forçant les autres à adopter différents types de stratégies pour survivre.

Depuis hier, l’offre premium de Gamekult a muté et alors qu’elle servait jusque-là à soutenir la production d’un certain type de contenus, elle sert maintenant de porte d’entrée à ce même contenu. En clair, une partie du site de Gamekult devient maintenant payante et il faudra être membre premium pour avoir accès aux dossiers, articles de fond et contenu vidéo qui demande un certain investissement qui ne peut malheureusement pas être amorti par les revenus publicitaires. Pour autant, l’accès au site reste gratuit et les lecteurs auront toujours droit au contenu traditionnel avec les news, tests, preview, l’émission hebdo ou encore les live. Mais ça, Yukishiro, le rédacteur en chef de Gamekult, l’explique nettement mieux que moi dans la vidéo ci-dessous où il nous expose sa vision et celle de l’équipe sur ce nouveau projet.

Cette nouvelle formule ne plaira pas à tous, j’ai déjà lu quelques retours assez virulents sur la toile, mais la presse web est en train de changer, de devenir un territoire aride où il faut malheureusement faire des choix pour y survivre. Certains ont fait celui de suivre le dictat de Google en produisant des articles dit « putes à clics » avec des titres mensongers, des TOP 10 sans aucune once de profondeur et des news crachés à la vas-vite dans l’espoir d’être bien positionné dans un moteur de recherche devenu roi. Cette presse, je ne l’aime pas, certains l’assument, d’autres pas, et je n’ai clairement pas envie de voir Gamekult prendre le même chemin que Gameblog et sombrer dans une politique « putassière » qui va à l’encontre même de l’ADN du site. L’entreprise est délicate, pour ne pas dire périlleuse, et comme le dit Yukish lui-même, l’échec sera  peut-être au bout du chemin, mais ils auront au moins tenté quelque chose. Et comme je n’ai clairement pas envie de les voir échouer et que j’encourage leur projet à 100%, depuis hier, #JeSuisPremium.

Je suis gamekult

On peut être fan ou non du style de Gamekult, de sa ligne éditoriale et leur exigence « radicale » dont ils font preuve dans leurs différents tests, je pense qu’à l’aube d’un changement radicale de la presse Web telle qu’on la connait aujourd’hui, il serait bon d’encourager ce genre d’initiative et de ne pas rester cacher dans son coin à grommeler. Alors si l’expérience vous tente et que vous voulez en savoir plus sur cette nouvelle formule, je vous laisse la vidéo d’une session Questions-réponses que la rédaction a tenue hier soir.

 

6 Commentaires

  1. Moi, j’ai un soucis avec cela. Internet est fait pour le partage, pas pour le business. Je n’aime pas le business modèle où ceux qui n’ont pas les moyens accèdent à moins de culture que ceux qui en ont :

    Je soutiendrais donc Gamekult, mais par d’autres moyens que celui-là. La mise en place d’une Box à la jeuxvideo.com (dont j’aime beaucoup la nouvelle formule) serait peut être une contribution moins sélective pour cela. Peut être le lancement d’un magazine papier ? Ou coupler l’offre avec la distribution d’un jeu ?

    Mais en l’état, je ne payerais pas 39€/an pour accéder à un contenu aléatoire (bien que je pense qu’il sera de qualité). D’autant plus que j’ai vraiment du mal avec la communauté qui s’est… Radicaliser. Porter un avatar de Pikachu et avoir une Wii U n’est pas un signe de “bonne santé” sur les forums Gamekult, et ça, c’est bien dommage…

    Bien entendu, j’encourage à soutenir Gamekult ! Juste le business model qui ne me plait pas et va à l’encontre de la notion de partage qui existe sur le web (pour rentrer dans une ère de capitalisme et de rentabilité à tout prix… Ca me rappelle également Gameblog.fr et ses news sur l’Apple Watch uniquement pour gonfler le traffic…).

    • Oui, internet c’est le partage, mais des tas de gens en vivent. Pour en revenir à la presse JV, sur le papier, à quelques exceptions près, c’est un terrain miné et le modèle s’effondre pour tut le monde sur le net. Tu dois donc trouver une solution.

      Si personne ne tente rien, dans 5, 10 ans tu n’aura plus que des blogueurs qui ne disent 100% de bien sur les jeux qu’ils reçoivent ou des youtubeurs qui ne font que du spectacle. En gros, ça sera un peu la merde.

      Pour la communauté, elle a toujours été “radicale”, je ne suis jamais trop sur les forums, mais c’est bien d’avoir envie de choses sérieuses et de qualité de temps en temps.

    • Ne pas confondre partage et gratuité ! Un amalgame dangereux. Ce n’est pas parce qu’internet a permis un accès “gratuit” (ou presque) à l’information, que la dite information n’a pas un cout.

      Une rédaction web, doit payer au même titre que n’importe quel entreprise, ses journalistes, pigistes, graphistes, hébergeurs, etc… Ils doivent bien vivre ces gens là, et si possible correctement. Y’a pas de raison 🙂 Et quand le modèle de pub s’effondre (adblocker, etc etc), il faut bien trouver des solutions.

      Si je dois choisir entre payer un abonnement premium et me taper des news Apple Watch comme tu dis, ou encore plus de pub incrustées dans l’article, mon choix est vite fait 🙂 Après, reste à voir si cette formule premium vaut le coût, ou pas.

  2. Non être possesseur d’une WiiU n’est pas mal vu sur GK bien du contraire, c’est sûrement l’endroit où ses jeux y sont appréciés à leur juste valeur. Testeurs et communauté.

    Le discours sur la gratuité est utopique. C’est sans gêne que je le compare aux modèles Android et Free2Play pc/consoles. Bien entendu il y a tjs une exception qui… Mais, globalement, faut pas se mentir, c’est de la merde le gratuit.

    Je n’apprécie pas forcément les nouvelles recrues dont le youteubé mais je ne peux pas faire l’impasse sur presque 15 ans d’un contenu propre, d’une communauté éduquée (bien que débile), d’un style perdu, néanmoins il restera Kult.

    6 mois, 1 an. Je vais payer pour – service rendu – et par nostalgie. Avec aussi l’espérance que le premium nouveau les rendra de nouveau différents.

    Ce sont des Branlos avec une technologie des années mi-2000 qui ne savent pas communiquer. Rien que ça, c’est un signe de, non compromission.

    Bref, abonnez-vous. Prenez le temps de comprendre et connaître la communauté.

    Dégagez.

Répondre

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom