Test de la Samsung Gear S2

J’ai toujours dis que les montres connectés ne servaient à rien. Je n’ai pas fondamentalement changé d’avis, mais après l’avoir utilisé près d’un mois, je n’ai plus DU TOUT envie de lâcher la Samsung Gear S2.

À l’annonce des premières montres connectées, du moins quand la rumeur enflait à propos d’Apple qui était sur le point de sortir une « Iphone Montre », j’étais le premier à dire que ça ne servait à rien et que ce n’était qu’une babiole de plus pour hipster en mal de reconnaissance et en quête d’un nouveau chrome chez son banquier. En clair, un gadget hors de prix qui ne sert finalement que d’écran déporté pour un téléphone qui se trouve, au pire, calé au fond d’une poche ou négligemment posé sur une table basse. Mais comme le dit si bien l’adage, il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis et ……. je n’ai pas spécialement changé d’avis. Enfin, pas tout à fait. Si je pense toujours qu’une montre connectée n’a rien d’indispensable, son utilisation s’avère être super pratique et il devient même difficile de s’en passer une fois qu’on s’y est habitué. Et pour tout vous dire, je redoute déjà le moment où je vais devoir la rendre.

C’est quoi la Gear S2 ?

La Samsung Gear S2 est, comme son nom laisse très bien l’entendre, la seconde génération de montres connectée de la gamme Gear. Vous savez, cette gamme au look très aérodynamique qui embarquait tout un tas de fonctionnalités et qui n’a pas rencontré un très grand succès auprès du public. J’imagine que c’est pour ça que Samsung a décidé de revoir sa copie en nous pondant une montre fonctionnelle, efficace et super bien finie. Côté fonctionnalités, sachez que la bête renferme un processeur double cœur ARM Cortex A7 cadencé à 1 GHz, 512 Mo de mémoire vive, 4 Go de stockage, une puce Wi-Fi, un micro, un écran Super Amoled de 1,2 pouces, un podomètre, un accéléromètre, un gyroscope et même un capteur de fréquence cardiaque. Enfin, d’un point de vue purement esthétique, je trouve la Gear S2 très élégante voire même particulièrement classe si l’on prend la peine de la customiser soi-même sur le site du constructeur. Bien évidemment, le prix n’est plus du tout le même derrière, mais il y a de quoi se faire une montre sur-mesure qui n’a rien à envier à certaines montres traditionnelles haut de gamme.

[tie_full_img]Test de la Samsung Gear S2[/tie_full_img]

On peut faire quoi avec ?

Ça va vous paraitre complètement fou, mais en plus de servir d’écran déporté à vos téléphones en affichant différents types de notifications (SMS, Appel, Facebook etc.), la Gear S2 est capable de donner l’heure ! Mieux que ça, il est même possible de choisir son propre cadran directement depuis la montre ou par l’intermédiaire de son téléphone via l’application Samsung Gear. Le store contient de très nombreux cadrans (payant et gratuit) et il y en a clairement pour tous les gouts allant de l’affichage classique avec aiguilles au petit plaisir perso avec du Mario, MGS ou encore Retour Vers le futur. Pour les amateurs de foot, il y a même un cadran spécial LIGA qui donne le classement et les points des différents clubs espagnols. Mais la Gear S2 ne sert pas qu’à donner l’heure, comme je le disais plus haut, il est possible de consulter les différentes notifications qui viennent du téléphone, lire ses mails, contrôler sa playlist Spotify et même répondre à un texto en utilisant ses mimines sur l’écran, ce qui n’est pas du tout pratique, ou en utilisant la reconnaissance vocale qui, elle, fonctionne plutôt bien. De quoi se prendre pour Michael Knight, sauf qu’au lieu de demander à Kit de venir nous chercher au bar du coin on demande plutôt quel temps il fera le lendemain. Chacun son truc.

 

Et ça marche bien ?

Du côté de l’OS, la Samsung Gear S2 embarque une nouvelle version de Tizen. Je n’ai aucun point de comparaison avec ce qu’il se fait ailleurs, mais je peux vous dire que ça fonctionne drôlement bien. C’est fluide, rapide, ergonomique et on peut naviguer aussi bien via l’écran tactile qu’à l’aide d’une bague circulaire qui permet de faire défiler les widgets,  naviguer dans les menus, zoomer quand on veut se repérer sur une carte à l’aide du GPS de son téléphone ou encore consulter ses résultats de la journée concernant le nombre de pas effectués etc. Car en plus des applications qu’embarque la montre, il est possible d’avoir accès à différents types de widgets allant du calendrier au lecteur de news en passant par un compteur de verre d’eau consommée. Ça reste de l’artifice, mais c’est à l’utilisateur de faire son petit marché et d’ajouter les widgets et applications dont il a réellement besoin. Quoi qu’il en soit, la Gear S2 fonctionne comme une horloge Suisse (Je suis fier de ma blague) et ce, dans la plus grande des simplicités. Pour l’autonomie, la Gear S2 ne m’a pas déçu et est parfaitement capable de tenir deux bonnes journées si on ne s’amuse pas à la tripoter toutes les 5 minutes. C’était le point que je redoutais le plus et Samsung a fait du bon boulot de ce côté-là. De plus, le chargeur par induction est super pratique et il suffit de poser sa montre dessus pour qu’elle se mette en charge et propose un mode d’afficha de type horloge. Bien vu.

Et les défauts dans tout ça ?

Jusqu’à présent, j’ai mené une vie tout ce qu’il y a de plus normale sans une Gear S2 au poignet et je n’ai pas spécialement changé d’avis sur l’intérêt d’investir dans une montre connectée. Pourtant, après plus de trois semaines passées avec, je pense que je vais avoir beaucoup de mal à m’en séparer. Entre la lecture des notifications, le reporting de la fréquence cardiaque, le compteur de pas, mon cadran Metal Gear Solid et la possibilité de lire mes mails et SMS sans à sortir mon téléphone, on s’habitue drôlement vite à ses petits « plus » qui facilite la vie. Mais ça n’empêche pas que la Samsung Gear S2 est actuellement vendu au prix de 329 euros et que ça fait drôlement cher les « plus ». Surtout qu’il manque pas mal de petites choses à mon gout. Comme une véritable puce GPS, un meilleur capteur de fréquence cardiaque (qui a du mal à fonctionner en pleine course) et, pourquoi pas, la présence d’un petit hautparleur. Car quitte à investir une somme loin d’être négligeable, autant le faire pour du matos avec toutes les options.

Test de la Samsung Gear S2

1 commentaire

  1. J’utilise la montre depuis 1 semaine, et c’est simple, j’adore.

    La couronne mobile est une idée simplement géniale.

    Effectivement, il n’y a pas foule d’applications (essentiellement des cadrans différents), mais, pour mon usage, ça me suffit…

Répondre

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom