Oyé, oyé les brutasses de France et de Navarre ! L’heure de gouter à Battleborn, le nouveau jeu des papas de Borderlands, a enfin sonné !

Ça faisait un moment que l’annonce de Battleborn procurait en moi et aux fans de Gearbox une certaine forme d’impatience couplée à la peur et au questionnement concernant ce mix des genres qu’est Battleborn… En effet, la proposition d’un FPS, MOBA, Tower défense en Teamplay, déroute et intrigue.

Dès les premiers instants de jeu, je me suis demandé comment jouer tellement ça partait dans tous les sens sans un bon tutoriel qui pose vraiment les bases… Une mission prologue est là pour dégrossir, mais rien de bien profond… Il m’aura fallu plusieurs heures de jeu en solo et multi pour enfin percer les mécaniques et l’univers dans lequel GearBox nous a propulsé ! Si vous voulez un jeu à prise en main rapide, c’est râpé… Il va falloir creuser un peu 😉
Test de Battleborn

Niveau scénario, vous serez (encore une fois) des gentils (un peu brutasses) qui devront repousser une menace qui veut détruire l’univers, avec une invasion de monstres en tous genres qu’on appelle les Varelsi. Cinq factions, dont la LLC, les Eldrid, les Renégats, les Pacificateurs et les Jennerit, enverront leurs meilleurs guerriers pour stopper ce beau bordel. Classique, mais moi ça me va tranquillou ! En plus, il y a des fucking guns, alors c’est bon 😀 Vous aurez donc le choix entre (après déblocage suivant votre niveau) 25 persos tous très différents dans leur style (des soigneurs, des bourrins, des shooters, des magiciens etc.). En équipe de cinq maximum, que ce soit en mode histoire ou multi, vous devrez faire preuve d’esprit d’équipe pour atteindre vos objectifs sinon c’est mort de chez mort ! Oui, le skill personnel n’a pas vraiment sa place dans Battleborn.

Chaque personnage dispose d’un arbre de compétence appelé l’Helix permettant de débloquer de nouvelles compétences. L’Helix se découpe en 10 niveaux, et comme à chaque partie vous partez du premier niveau, il vous faudra faire un max de points pour débloquer de grosses compétences bien Bad Ass ! Ne perdez pas votre temps dans votre évolution en partie, c’est un conseil 😉 Bien sûr, au fil des parties vous prendrez des niveaux de Commandement (les plus importants) qui vous permettront d’acheter des persos, des atouts pour booster un peu votre stuff de départ etc. Rien à voir avec le niveau de perso qui lui vous débloquera des skins, des provocations, des titres propres à votre perso etc.
Test de Battleborn

Le mode histoire en solo ou coop (je vous le conseille à mort en coop) vous fera traverser huit niveaux mélangeant de l’escorte, de la protection, des prises de zones stratégiques et bien sûr de longues sessions de frag bien brutales et du gros boss à faire tomber ! C’est sympa, mais le tour est malheureusement  vite fait. En fait, le mode histoire est vraiment là pour vous préparer au versus en multi, qui, pour moi, est ce qu’il y a de plus jouissif dans Battleborn. Mais il reste classique et peu fourni avec seulement trois modes : Incursion, capture et fusion dont 2 cartes différentes par mode… Ça pique un peu.

Le mode incursion (le meilleur pour moi), mettra votre esprit d’équipe en avant pour aller détruire les deux sentinelles adverses et protéger les vôtres. Construire des tourelles, des bots, des stations de santé seront de mise pour marquer votre progression vers l’objectif et aussi protéger vos sentinelles. Le vrai cœur du jeu est dans ce mode, les amateurs de LOL aimeront à coup sûr !

Le mode capture est une capture de points classique en team… Rien de bien novateur, mais drôle grâce à la diversité de gameplay des persos.

Le mode fusion vous proposera d’escorter des bots vers différents points pour qu’ils se donnent en offrande à un dieu à la con…. La team adverse fera de même, donc le topo, c’est d’en amener plus que vos adversaires, leur péter la gueule et détruire leurs bots pour freiner leur progression. Plutôt sympa à jouer, mais pas facile au début, surtout si vous ne dialoguez pas.

Répondre

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom