Allemagne Portugal

Pour son premier match de la coupe du monde, le Portugal s’est largement incliné 4 buts à 0 face à une Allemagne rutilante. Une branlée ponctuée d’un rouge et d’un penalty qui cache une détresse nettement plus grande.

Ce matin j’ai mal ! Malgré un très bon épisode final de Game of Thrones juste avant de me coucher et une bonne nuit de sommeil au fond de ma couette,  la cicatrisation n’a pas fait son office et j’ai toujours autant mal au fion ! C’est qu’elle m’a fait sacrément mal cette putain de défaite. Pourtant Cristiano Ronaldo était confiant pour le choc Allemagne Portugal, pensant naïvement son équipe habitée par la ferveur du public portugais et surtout des brésiliens qui n’ont pas hésité à chanter l’hymne comme si c’était le leur. Sauf que dans le foot, la réalité est cruelle et on paie cash la moindre petite erreur. Comme cette faute grossière dans les premières minutes qui coute au Portugal un penalty et l’ouverture du score par l’Allemagne. Bon, ça commence mal, mais on peut toujours réagir. Sauf que la défense portugaise n’avait pas l’air d’être de cet avis et s’est trouée comme une équipe de quartier sur un malheureux corner pour se prendre le second. Là, ça se complique vraiment beaucoup, mais l’exploit est toujours possible. Toujours pas de cet avis, Pepe pète son câble et se prend un rouge après une altercation avec Müller. La sanction est sévère, surtout à 2-0, mais jusqu’à preuve du contraire, Pepe est un professionnel et il se doit de garder son sang-froid. De plus, aller cracher ou se plaindre de l’arbitrage est un non-sens absolue et nous détourne du vrai problème : Le Portugal a été MAUVAIS. Tout simplement.

Allemagne Portugal

Entre une défense à la rue, un gardien aux fraises, un milieu incapable d’organiser le jeu, un Cristiano Ronaldo désemparé et une attaque inexistante, comment faire pour renverser une  machine aussi bien huilée que la Mannschaft? Les allemands n’ont  pas eu de mal à percer la ligne Maginot, alors la vieillissante charnière centrale PepeAlves c’est comme passer une journée à la plage pour Özil et sa bande.  Le résultat était presque couru d’avance et l’addition aurait pu être nettement plus salée si les allemands n’avaient pas levé le pied. Le quotidien portugais A Bola résume parfaitement le match sur sa une avec un simple « Sans pieds ni tête » ! Car si jouer sur une jambe se révèle compliqué, quand il n’y a pas d’organisation et d’intelligence dans le jeu, c’est presque mission impossible. Et ce n’est pas Cristiano Ronaldo, tout ballon d’or qu’il est, qui sera capable de renverser la vapeur d’un simple claquement de doigts. Bien évidemment, il sera toujours capable de faire chialer quelques défenseurs sur son côté gauche, claquer un but sur une frappe venue d’ailleurs ou percer le meilleur des gardiens au monde sur un coup franc, mais il ne peut résolument pas porter à lui seul tout le poids d’une équipe. Quand on voit Fabio Coentrao préférer lui donner le ballon, pourtant solidement cadenassé par deux défenseurs, alors qu’il est seul face à Neuer, on voit bien qu’il y a un sérieux problème de fond. Alors si elle souhaite aller plus loin, la sélection Portugaise devra gommer sa Cristiano dépendance et se sortir les doigts du cul une bonne fois pour toute. Car contrairement à ce que certains affirment ici et là, le Ghana et les Etats-Unis vont être très difficile à jouer et à battre. Si bien que ne pas sortir des poules ne serait même pas une surprise pour moi.  Et j’en suis le premier désolé.

Répondre

Merci de renseigner votre commentaire
Merci de renseigner votre nom